Accéder au contenu principal

Sortir du cadre

Il est un motif, abondamment employé dans la littérature fantastique, qui permet de construire une histoire dans l’histoire, ou le déploiement de mondes parallèles. Le personnage sortant du tableau, échappé au roman, prenant des libertés ou se révoltant contre son auteur est un avatar d’un trope ancien, qui apparaît déjà dans Don Quichotte, où les transgressions du seuil de la représentation sont assez courantes. L’impossibilité logique de ces transgressions, appelées métalepses narratives [1], produit des situations paradoxales où l’on retrouve souvent, comme fil conducteur rétablissant la différence entre les niveaux narratifs, le rêve ou une autre forme de représentation, comme le théâtre, le cinéma, l’écriture…(L’Illusion comique). La métalepse narrative entraîne une réflexion sur les frontières du récit : frontières spatiales et temporelles, d’abord, qui sont redéfinies en fonction des intrusions du narrateur ou de la perméabilité entre les différents niveaux ; frontières logiques, ensuite : le rêve devient réel, le personnage vient réclamer des comptes à son auteur (comme dans Niebla de Miguel de Unamuno, dans The Mezzotint, de M.R. James, ou dans la fascinante nouvelle W.S. de L.P Hartley), ce qui rend ce procédé propre à la nouvelle fantastique, mais pas seulement. La transgression demande dans tous les cas une frontière reconnaissable, chaque niveau ayant ses traits caractéristiques mis en valeur grâce à la description. Les auteurs romantiques ont également utilisé cette figure dans une perspective de reconstruction d’une époque disparue et de sa beauté idéalisée (Gautier, dans Le pied de momie). Cet usage trouve un écho dans des romans modernes, comme Possession d’A.S Byatt, où il n’est pas question à proprement parler de métalepse narrative, mais de niveaux du récit comparables dont la progression permet une meilleure compréhension d’une époque lointaine, dans ce cas le XIXe siècle.

Le franchissement des bornes perturbe davantage l’illusion dans laquelle le lecteur se laisse prendre que la cohérence de la narration, car cette dernière est assurée par la présence de motifs récurrents, et par l’organisation et progression du récit. Ainsi, dans la nouvelle The Man who was Milligan, d’Algernon Blackwood, c’est le narrateur qui traverse un tableau. Milligan, employé d’une agence de voyages londonienne, écrivant des scénarios dans son temps libre, s’installe dans une chambre meublée, où se trouve un ancien dessin chinois, très probablement une œuvre d’art volée. D’abord intrigué par l’image qui représente un homme solitaire sur une barque, il commence par la regarder, puis par s’intéresser à la culture chinoise, en lisant des livres sur la Chine. Le narrateur retrouve Milligan dix ans plus tard en Chine, où il mène une vie totalement différente. Milligan affirme avoir perdu la mémoire de son arrivée dans le pays, mais se souvient d’être « entré » dans le tableau. Il serait ainsi toujours prisonnier du dessin volé, qui aurait fini par le séduire et le retenir. Le narrateur retourne en Angleterre, achète le dessin et constate qu’il y a désormais deux personnages sur la barque. La construction de cette nouvelle révèle, au-delà des jeux d’intrusion et d’échange entre deux mondes parallèles, un arrière-plan symbolique qui met l’accent sur l’attraction exercée par une autre culture et par les voyages. L’idée de « sortir du cadre », ou d’y pénétrer, se retrouve aussi, de manière assez originale, dans des récits qui transforment le lecteur en narrateur. C’est le cas de La bibliothèque de Villers, de Benoît Peeters, nouvelle qui propose une énigme dont la solution n’est jamais donnée, invitant ainsi le lecteur à la relecture, à la reconnaissance des pièges en apparence simples et, peut-être, à l’élaboration de plusieurs dénouements distincts, tous valables.



[1] Définition de métalepse narrative par Gérard Genette : toute intrusion du narrateur ou du narrataire extradiégétique dans l'univers diégétique (ou de personnages diégétiques dans un univers métadiégétique, etc.), ou inversement. (Figures III)

Commentaires

  1. Ah bon ? Non, je suis de retour à mon bureau tranquille et frais. Un coup de chaleur, vraiment ?
    Chaleur qui m'a toutefois évité de devoir faire un mini tour d'Europe avec des Chinois trouvant qu'il serait suicidaire de se lancer à l'aventure sur un continent où l'on trouve aussi peu de climatiseurs.

    RépondreSupprimer
  2. Des climatiseurs en abondance, on en trouve dans les pays du Sud de l'Europe. Je vais à Rome dans quelques jours et j'imagine déjà la sortie du train et la différence de température de 15° au moins entre la voiture et le quai.

    RépondreSupprimer
  3. Je me souviens d'un trajet en voiture au Sénégal d'autrefois, où il avait fallu remonter les vitres pour se protéger du souffle brûlant de l'extérieur; sans climatisation à l'intérieur, le thermomètre du tableau de bord restait bloqué sur 50°. C'est certainement bon pour la ligne quand on en sort vivant.

    RépondreSupprimer
  4. Cela fait peur, mais c'est aussi une question d'habitude, le climant n'a pas dû beaucoup changer au Sénégal depuis l'époque de votre voyage. Je me demande souvent pourquoi choisit-on une destination plutôt qu'une autre lorsqu'il s'agit d'un premier voyage. Probablement, il est question des noms, et de leur pouvoir évocateur, avant toute autre considération.

    RépondreSupprimer
  5. Vous êtes une incorrigible romantique: pour moi, ce devait être le tremplin d'une carrière de manager international.
    Mais là, je sors du cadre et je transgresse le rôle que vous m'avez assigné sur la blogosphère familière. Par contre, il faut admettre qu'aucune carrière ni aucun rôle n'a jamais suivi la route prévue. Balancé entre un fabuleux hasard et d'impérieuses nécessités.
    Ou un pied dans le rêve et l'autre dans la réalité, comme a dit un jour un psy. Mais il ne faut pas oublier de renverser les valeurs en ce qui me concerne: l'ailleurs est bien l'unique réalité possible, alors que le rêve permet de faire passer ici et maintenant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…