Accéder au contenu principal

Coups de foudre

Parce que je m’intéressais au Japon, il s’est mis à lire des romans japonais. Naturellement, il est tombé tout de suite sur certains titres très connus que je ne connaissais pas. C’est ainsi, dans cette ambiance de sérendipité, que j’ai entamé la lecture des Amants du Spoutnik, de Haruki Murakami. L’intrigue ? Un triangle amoureux tout en mélancolie et délicatesse. Le narrateur aime Sumire, sa meilleure amie, apprentie écrivain, qui aime Miu, une femme plus âgée qu’elle et brisée par un étrange accident. Ils vont se perdre et se retrouver au Japon, puis en Italie et en Grèce. Au-delà de ces rencontres, il y a la question, insondable et insoluble, de la solitude, tantôt présentée comme un état désirable, tantôt signifiant une impossibilité de communiquer une quelconque émotion (bien que les chats, toujours présents dans les romans de Murakami, puissent devenir d’excellents messagers).

La solitude est celle des habitants des grandes villes, étrangers parfois à leur propre famille, voyageurs décalés, et pas seulement par rapport aux fuseaux horaires. Mais les gens solitaires tombent amoureux aussi, ce qui ne les empêche guère de disparaître de temps en temps en emportant tous leurs mystères avec eux, disparitions trop oniriques pour être inquiétantes, inscrites pourtant dans une certaine normalité, avec tous leurs inconvénients pratiques. Dans cet absurde tout à fait vraisemblable, ce qui me paraît particulièrement fascinant chez les Amants, c’est la facilité avec laquelle on finit par suivre la trace des personnages, afin de trouver la bifurcation, la faille dans la routine, et on voudrait, à la fin du récit, continuer à explorer leurs labyrinthes et en chercher les sorties (des portes chinoises?). Ce sont probablement les effets d’un style net, faisant l’économie du superflu, où le monologue ne dérive jamais en brouillage sentimental,  où la place du non-dit n’est pas usurpée et les détails du décor semblent toujours nécessaires, comme l’île grecque  réduite à des traits très simples  mais indispensables à une certaine initiation.   

Et, trace de mes promenades sur le Web, cette phrase qui m’a profondément émue hier, bien qu’elle n’ait aucun lien avec mon sujet. Quoique…

Je ne risque rien. Les ruines, c’est indestructible. (Merci au forum Nota Bene)

Haruki Murakami, Les Amants du Spoutnik, Belfond Etranger, 2003

Commentaires

  1. Très agréable présentation, Inma. Fluide et précise à la fois. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Merci HL, je recommence tout doucement à poster un billet par semaine. Je me demande toujours comment vous faites! :-) A propos, où peut-on commander (ou acheter) votre livre en Suisse? Le site de Publibook se trouve en France, il me semble...

    RépondreSupprimer
  3. Ahhh, je viens de voir le liste sur votre blog, inattention, quand tu nous tiens :-)

    RépondreSupprimer
  4. "Les voix du hasard" sont impénétrables!
    Je vous avais acheté un Murakami!!! mais puisque vous aimez et connaissez cet auteur, je vous aurais sans doute offert un livre que vous aviez déjà lu : La Ballade de l'impossible". Son premier roman dont il a été tiré un film. N'ayant pu nous rencontrer et l'ayant lu, je l'ai offert à une amie.

    RépondreSupprimer
  5. Justement, celui-là je ne l'ai pas lu, merci quand même :-)

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce beau billet.
    A propos de ruines, je suis tombée par hasard sur cette phrase l'autre jour :
    "La vertu, comme le corbeau, niche dans les ruines. Elle habite les creux et les rides du corps". (Anatole France)

    RépondreSupprimer
  7. Merci l'Absente, d'apporter votre présence virtuelle et des répliques littéraires :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…