Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2011

Gares I

Le matin, avant la pluie imprévue ou dans la chaleur, déjà surprenante, d'un été interminable. Se souvenir des gares, c'est conserver une trace de l'impatience, du désir d'être ailleurs lié à chaque départ, facile néanmoins à renouveler.

Fenêtres  sur paquebot et sur cour






Ajout du 9 octobre, gare de Gruyères, par L'Absente.

Lectures d’été : Le cygne noir (où l’on apprend qu'il est possible de tout prédire, sauf l’avenir)

Mieux vaut tard que jamais, puisque la traduction française était déjà sortie il y a un certain temps, quelques soirées sont suffisantes pour lire Le Cygne noir, de Nassim Nicholas Taleb, où se croisent, dans un grand hall d’aéroport, la bibliothèque d’Umberto Eco, la guerre du Liban, l’épineuse question du statut social des chercheurs, la vaste plaisanterie des prix Nobel d’économie, l’arrogance épistémique, les auteurs français méconnus en France et les prévisions basées uniquement sur des modèles de type courbe en cloche.
 Le fil conducteur du Cygne Noir (métaphore désignant les événements imprévisibles qui devraient creuser des failles dans toute théorie de la connaissance sérieuse -ce n’est pas parce que tous les cygnes connus sont blancs qu’il n’en existe pas de noirs-) est le principe d’incertitude. Il peut être appliqué à tous les aspects de la connaissance et de la vie, car rien n’est plus éloigné de l’abstraction que le besoin de trouver un horizon plausible pour demain, une …