Accéder au contenu principal

Centième!

Et de 100! Un centième billet qui sera, je l'espère, le premier d'une longue série. Merci à tous les lecteurs, brillants ou discrets, expansifs ou silencieux, qui font que cette aventure littéraire et langagière puisse continuer. Mais, pour une fois, le cliquetis du clavier s'est arrêté et je suis revenue à mes pinceaux.


Fenêtre et nuages 1
Fenêtre et nuages 2


Lys jaune
Texture 1


Ajout du 15-05. Une des dernières images...





Commentaires

  1. ¡ 100 enhorabuenas Inma!

    Tes pinceaux sont aussi talentueux que ta plume; une découverte pour moi tes peintures (à part les loutres).

    Les bleus se faufilent entre les formes, entre les nuances, se cognent aux lignes ou au vide: que c'est beau.
    Bonne journée et merci!

    RépondreSupprimer
  2. Gracias Colo!
    Je devrais faire une petite galerie virtuelle avec mes autres tableaux, mais je n'ai pas eu le temps jusqu'à présent. Ce sera pour la prochaine évolution du site. Ceux-là, ce sont des aquarelles.

    RépondreSupprimer
  3. Beau vernissage pour une centième!
    Bravo Inma!
    Je vous envoie 100 brins de muguet virtuels (0_~)... porte-bonheur!

    RépondreSupprimer
  4. J'ignorais que derrière ces fenêtres d'où l'on voit Sion en contrebas (une vue que je peux imaginer après quelques étés passés à Nendaz) il y avait aussi un atelier de peintre. Quel bonheur de pouvoir passer des mots aux couleurs, des couleurs aux mots !
    Saviez-vous qu'Orhan Pamuk (que je lis pour l'instant) peignait quand il était jeune, avant de commencer à écrire des romans ?
    Félicitations pour ce 100e et au plaisir de vous lire.

    RépondreSupprimer
  5. @Ambre Merci, j'adore le muguet. A une époque je mettais Diorissimo, :-))) mais plus maintenant. Plutôt Miss Dior (l'originale).

    @Tania. Merci également. Je ne connaissais pas cet aspect de Pamuk. (Cela fait longtemps que "Mon Nom est Rouge" est dans ma pile de de livres à lire. Je crois que le processus est presque le même, pour la peinture et l'écriture, la première est seulement plus salissante, mais tout part d'images mentales qu'on rattrape avant qu'elles ne tombent dans le néant. Les petits carreaux bleus et blancs, sur le mur, étaient, il me semble, autour d'une piscine (mais rien n'est sûr). Le tout a été englouti par un barrage, et pourtant, pour moi, ils continuent de briller quelque part.

    RépondreSupprimer
  6. Bonne fête! Avec pinceaux, tambours et trompettes!

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve un petit côté Edward Hopper dans "Fenêtres et nuages 2".
    Sauf que Hopper aurait rajouté une "Inma" rêveuse devant la fenêtre:))

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour tous vos commentaires. Je n'ai pas eu le temps de répondre avant, car Blanchon est mort la nuit dernière, à l'âge de 8 ans et demi, une grande longévité pour un lapin. Mon lapin repose maintenant dans un jardin en friche, entouré de trèfle et de dent-de-lion.

    RépondreSupprimer
  9. Mais il était du monde où les plus belles proses
    Ont un avenir incertain
    Et lapin il a vécu ce que vivent les lapins
    Sous la coupe de Windows.

    (Malherbe + PAR)

    RépondreSupprimer
  10. Trèfle, dent-de-lion,
    nouveaux compagnons de Blanchon.
    Veille la montagne éternelle.

    ... et une bise pour vous Inma.

    (Rabbit est bien vivant (=_=)).

    RépondreSupprimer
  11. "Pendant qu'elles en étaient encore à se demander ce que cela signifiait, deux personnages vêtus d'habits étincelants se tinrent tout à coup devant elles.
    Elles étaient tout effrayées et baissaient les yeux vers le sol. Ils leur dirent alors: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant?"

    Luc 24:4-5

    RépondreSupprimer
  12. C'est très charmant, et je vous remercie. Blanchon reste vivant dans les milliers de souvenirs que j'ai de lui, qui en font un être entièrement bienveillant et toujours regretté :-)))

    RépondreSupprimer
  13. Si les animaux familiers pouvaient comprendre la place qu'ils tiennent dans notre cadre de vie, ils en abuseraient: chantages, caprices, bouderies & fâcheries en tous genres.

    RépondreSupprimer
  14. J'y ai pensé aussi: s'ils avaient ne serait-ce que la capacité de parler, ils ne perdraient pas une minute à nous réclamer friandises, caresses, promenades à toute heure :-)))

    RépondreSupprimer
  15. Blanchon est mort??? Caramba Inma que pena ! Y yo si enterarme! Porque vengo raramente à este blog tengo problemas para afficher correctamente la plataforma Blogspot y por eso ni me habia enterado.

    Un besito nena! Y anímo! A parte de eso me encanta el cuadro de la ventana, bella profundidad.

    RépondreSupprimer
  16. Siii!! Gracias, llevaba ocho años con nosotros y perderlo es algo muy triste, se siente su presencia en toda la casa. Al menos no ha estado enfermo y no ha sufrido, porque ha muerto de vejez; el jueves vamos a buscar a dos nuevos conejitos. Los presentaré dentro de algún tiempo en el blog.

    RépondreSupprimer
  17. Vous avez retiré Blanchon :(((
    J'aimais bien son doux regard.
    Mais je comprends...

    Bravo! Vous avez rétabli l'horaire (0_°)!

    RépondreSupprimer
  18. Oui, cela aurait été triste pour moi que quelqu'un me demande plus tard des nouvelles du lapin...
    J'ai remarqué pour l'horloge, mais je n'ai rien fait. C'est de l'ordre spontané :-)))

    RépondreSupprimer
  19. @Ambre, et voilà l'une de ses dernières photos sur mes genoux. Doux intello! :-))))

    RépondreSupprimer
  20. Très touchant Inma.
    Vous savez, j'ai toujours pensé qu'il fallait parler des disparus, hommes ou bêtes, en parler avec de la joie, c'est restituer ce qu'ils nous ont donné.
    Au début c'est un peu difficile, besoin de garder pour soi la tristesse, de "fermer les commentaires" en quelque sorte, mais plus tard, en parler, avec ceux qui les ont connus, ça réconforte. Et nous, on a un peu connu Blanchon non (+_+)?
    Bonne nuit...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…