mardi 10 avril 2012

Triangles


À propos de Le Mouvement pendulaire, d’Alberto Mussa

L’idée d’un nombre limité de thèmes dans la littérature de fiction, de quelques structures de base pouvant subir d’innombrables variations et combinaisons pour former des récits, apparaît au moins en une occasion chez Borges, qui définit quatre histoires possibles « Les histoires sont quatre. L’une, la plus ancienne, est celle d’une forte cité qu’encerclent et défendent des hommes braves […] Une autre histoire, qui est liée à la première, est celle d’un retour […] La troisième histoire est celle d’une recherche […] La dernière histoire est celle du sacrifice d’un dieu. » [1] La bibliothèque infinie serait ainsi composée de variantes de ces thèmes. Cette idée est mise en scène et développée dans Le Mouvement pendulaire d’Alberto Mussa, ouvrage inclassable qui affiche « roman » comme sous-titre, mais qui se compose d’une série de récits voués à définir un thème romanesque majeur : les triangles amoureux.

Issus de différentes mythologies et traditions littéraires grecques, égyptiennes, amérindiennes, finlandaises…, les triangles entraînent nécessairement la transgression et la lutte pour le pouvoir. Cela commence d’ailleurs par le vol du feu. Car, au-delà des histoires d’adultère, le triangle possède un aspect guerrier indéniable et les mouvements qui le transforment doivent beaucoup à des stratégies faites de duplicité et d’ambigüité, d’après les angles dans lesquels les personnages se situent, qui ne sont pas sans rappeler les préceptes de Sun Tzu. C’est ainsi que alpha désigne celui qui subit le triangle, tandis que gamma incarne l’élément transgresseur, dont le rôle est de s’emparer de bêta, l’élément convoité. Les permutations entre les différents rôles mettent en évidence un grand nombre de possibilités narratives. On apprend aussi que toutes les histoires d’amour sont en réalité triangulaires, même si certains sommets sont ignorés : « […] il existe des adultères dont la consommation est seulement subjective, tandis que d’autres triangles se produisent dans le monde objectif sans même que les personnes impliquées en aient conscience. » (p. 148) Tout cela est d’ailleurs développé dans un catalogue de triangles possibles, aux noms aussi évocateurs qu’amusants (décadent, labyrinthique, belliqueux, létal…).

Les changements dans les sommets dépendent du point de vue adopté dans le récit. C’est ainsi qu’un roman comme Le Fusil de chasse, de Yasushi Inoué, exploite cet aspect en présentant la relation triangulaire à travers les lettres adressées par trois femmes à un homme. L’une d’entre elles, Shoko, est dans la position de l’observateur et ne participe pas directement au triangle si ce n’est par un témoignage tardif, mais influençant tout de même l’intrigue. Yusuke Misugi entretient une ancienne relation avec Saïko, alors qu’il a épousé la cousine de celle-ci, Midori. Proche de la mort, Saïko est tourmentée par la culpabilité et demande à sa fille Shoko de détruire son journal, mais Shoko le lit en fait part de ses impressions à Yosuke. Une lettre de Midori nous apprendra par la suite qu’elle n’a jamais été dupe et que tous les efforts de Saïko et Yosuke pour cacher leur relation ont été inutiles. Une certaine violence, issue d’une atmosphère menaçante, imprègne ce récit où les défaites restent secrètes, où il s’agit de représenter une ou deux façons de prendre et de garder le pouvoir dans le contexte incertain d’une histoire d’amour qui ne peut pas être nommée.

Comment pouvais-je imaginer un amour que le soleil n’illumine pas et qui coule de nulle part à nulle part, profondément encaissé dans la terre, comme une rivière souterraine ? (p.22)

[1] L'Or des tigres

Alberto Mussa, Le Mouvement pendulaire, traduit du portugais (Brésil) par Stéphane Chao, Anacharsis, 2011

Yasushi Inoué, Le Fusil de chasse, traduit du japonais par Sadamichi Yokoo, Sanford Goldstein et Gisèle Bernier, Stock, 1990

9 commentaires:

  1. Quand on parle de "triangle" amoureux il s'agit souvent de deux femmes aimant le même homme. Je rêverais pour ma part être l'"objet" (doté non seulement d'un corps mais d'un esprit) de désir de deux hommes (qui me plairaient autant l'un que l'autre). L'un des deux me voulant toute à lui, ne pourrait que tout faire pour parvenir à ce dessein, auquel je succomberais (0_°)!
    Miam! (rires éclatants)!

    RépondreSupprimer
  2. Mais Ambre, on joue ce rôle plus souvent qu'on ne le pense... C'est juste que parfois on n'est pas au courant :-)

    RépondreSupprimer
  3. Oui bien sûr qu'on joue sans doute ce rôle sans le savoir mais c'est sans intérêt! C'est de le savoir, de les connaître, de les aimer tous les deux qui est excitant.
    (Jules et Jim)!

    RépondreSupprimer
  4. C'est une question intéressante, P-A.R. Ma réponse serait que les deux devraient former une alliance, et pas être en situation de rivalité, ce qui rendrait la chose invivable. C'est ainsi que le troisième devrait consacrer autant de temps et d'énergie aux deux pour éviter la concurrence, ce qui limite quelque peu l'horizon...

    RépondreSupprimer
  5. On pourrait définir une masse critique au-delà de laquelle l'indifférence règne.

    RépondreSupprimer
  6. Le désir triangulaire, voilà qui me rappelle René Girard ("Mensonge romantique et vérité romanesque, 1961) : "Le tiers est toujours présent à la naissance du désir." "Le Fusil de chasse" l'illustre de façon originale. Mais en découvrant votre billet, j'avais en tête le roman d'Hella Haasse que je viens de lire, inspiré par Laclos, où les angles se multiplient encore.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, très juste d'évoquer Laclos, d'une part parce qu'il y a plusieurs triangles autour d'un schéma principal -Merteuil, Valmont, Tourvel-, d'autre part parce qu'il est très souvent question de stratégies, qui échouent, car l'amour et la séduction sont ici des incompatibles. C'est ce qui m'avait fait penser à Sun Tzu et d'une manière plus large aux notions de territoire et de compensation. Chez Inoué, la lettre de l'épouse revient à plusieurs reprises sur sa revendication des maisons et d'autres biens, et je pense que c'est le fait que ces revendications n'ont pas été prises en compte dès le départ (cela signifie l'exclusion d'un des membres du triangle de son propre territoire?) qui rend le triangle conflictuel. Un autre exemple, la légende médiévale du comte de Gleichen, montre que s'il y a bien une relation triangulaire qui prévoit une telle exclusion, la compensation qui a également lieu (la sultane ramène le comte à son épouse, qui le croyait mort), désamorce le conflit. Sans conflit, il n'y a plus de changement de rôles et le récit en pâtit. C'est ainsi que le modèle de Laclos, si guerrier, reste le plus fascinant.

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1887_num_31_4_69399

    RépondreSupprimer
  8. Le livre de Laclos est un des rares romans que je peux relire avec enthousiasme. C'est vraiment celui que j'emmènerais sur une île déserte avec TOUT Gary dont je déplore qu'il ne soit pas encore dans la Pléiade (plus pratique pour l'île déserte:))!

    http://www.marianne2.fr/savoirsvivre/Romain-Gary-chez-Quarto_a80.html?com

    RépondreSupprimer

Publicité

Les Vaisseaux frères

à propos de Les Vaisseaux frères , de Tahmima Anam Un monologue d'apparence anodine, centré sur la possibilité de revoir un amo...