mardi 30 avril 2013

Le début de la tyrannie et la fin de tout


A propos de Le début de la tyrannie, de Tristane Banon

Alice s’efface ; elle n’est plus qu’une ombre bienveillante dans la vie de sa mère, l’impérieuse, égocentrique et hypocondriaque Maud. Lorsque Maud tombe gravement malade, cette fois pour de bon, son emprise sur Alice, dont la vie se résume à des bribes, à des fragments tôt ou tard interrompus, se fait encore plus pesante, absolue. Maud est une sorte de Reine des Neiges ; elle fait jouer à sa fille le curieux rôle d’une dame de compagnie des temps postmodernes, qui l’accompagne dans ses voyages, qui est souvent humiliée et jamais remerciée. Pourtant, Alice rêve, ou a jadis rêvé d’un rôle de princesse, d’une place de choix, dans son imaginaire de petite fille. Mais les princesses, comme celle du célèbre tableau de Vélasquez Les Menines, sont destinées à s’épanouir sur le devant de la scène, là où convergent tous les regards, tandis que dans ce Début de la tyrannie, le centre est constamment envahi par une mère qui n’a jamais été réellement intéressé par la maternité. Elle s’est occupée davantage de sa propre réussite, de ses amours, de ses maladies « connues d’elle seule ». La place de prima donna irremplaçable est prise, et Maud ne la lâchera pas, même pas à l’article de la mort –surtout pas à ce moment-là, occasion unique de (re)devenir le centre d’attention-. En prime, Maud a vécu une « vraie » enfance malheureuse, subi des « vrais » mauvais traitements ; tout cela lui sert à se constituer un bon stock de justifications et autres excuses, et, surtout, à décourager chez sa fille la moindre velléité de révolte. Il ne reste donc à Alice qu’à s’exiler dans son monde en sourdine, à se nourrir de pauvres miettes d’amour et d’amitié, à se demander pourquoi dans Princesse Sarah, l’un des dessins animés de son enfance, l’héroïne trouve sa mère « à la fin de tout ».

Peut-être que, pour qu’il y ait une fin, il faut simplement qu’il y ait eu un début, des étapes, phases, progressions… Ici, le temps n’existe pas, car on ne trouve pas ces marqueurs chronologiques qui sont la révolte adolescente, la séparation, les amis et les amoureux, ou, lorsqu'on les trouve, ils évoluent toujours en marge du monde de la mère. Et pourtant, l’on comprend que l’opposition de la fille au monde de ses parents, surtout à celui de la mère, à ses normes et à ses attentes, deviendrait une balise temporelle, une date mémorable qui éloignerait Alice de cette zone grise où l’on n’est ni enfant, ni adulte, serait un signe sans équivoque qu’il est, à certains moments, essentiel de passer à autre chose.
Sans la rébellion de la fille, l’enfance et la tyrannie maternelle se prolongent indéfiniment, et ce sont seulement la réalité inéluctable de la maladie, et l’affaiblissement conséquent du tyran, qui permettent enfin à Alice de se poser des questions et d’envisager, au-delà de la souffrance provoquée par la disparition, le miroitement d’une liberté inattendue.

Le portrait d’une mère dominatrice, couplé à son pendant inversé, celui d’une fille dont le vernis de soumission commence à se craqueler, est pour moi l’un des aspects les plus intéressants de ce roman, avec, également, une réflexion menée avec subtilité et pas mal d’humour, à propos de l’attente d’une reconnaissance et d’un amour qui ne sont jamais au rendez-vous. Parfois, les illusions perdues ne s’évanouissent que trop lentement.

Le début de la tyrannie, de Tristane Banon, Julliard, 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Publicité

Les Vaisseaux frères

à propos de Les Vaisseaux frères , de Tahmima Anam Un monologue d'apparence anodine, centré sur la possibilité de revoir un amo...