Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2015

Monsieur Chien

à propos de Monsieur Chien, de Jacques Tallote
-Peut-on trop désirer? Je suis l'ogre en quête de sa chair. Je tourne autour de sa lumière. Le reste : zone nocturne! (Monsieur Chien)
   Qu'y a-t-il de plus mélancolique et de plus mystérieux qu'une plage en hiver? Le décor est à peine posé dans un coin de l'île d'Oléron que déjà personnages et situations sont cernés par l'inquiétude et par une sorte de menace désincarnée, vaguement liée à des drames familiaux, à l'abandon et à la mort. Inquiétude et menace envahissent insidieusement la vie de Nils et Luca, de Livia et Susan, tous des jeunes gens dotés d'une grande sensibilité, et d'une certaine excentricité, évoluant dans les marges des modes et des habitudes de ceux de leur âge, leur préférant tout ce qui s'éloigne ou demeure absent. L'atmosphère du lieu convient d'ailleurs à leur questionnement amoureux et à leur tempérament artistique. Un paysage désolé, fait de « caravanes fermées, pisci…

Peinture (journal) I

Peinture (journal)
1 Je m'exprime peu sur ma peinture, et j'ai souvent du mal à trouver des titres pour mes tableaux. Peut-être parce qu'il est parfois difficile de redire en mots ce qui a déjà été dit dans des couleurs et des formes. Peut-être aussi parce que je préfère être invisible, cachée derrière les écrans et les toiles. Je suis l'ombre de ce que je fais ; ma peinture devrait parler d'elle-même après m'avoir pressée.

2 Pour une première fois, je peins sans dessin préalable, sans ligne pour me guider, ou plutôt je me laisse guider par les nuances de bleu. Je rêve d'une tonalité intense et fraîche à la fois, ce que l'on pourrait ressentir en se couchant dans l'herbe, dans une clairière de forêt.

3 Bleu fumée (la couleur des miroirs)
La couleur des miroirs a toujours été pour moi un sujet de curiosité. Non pas la couleur des objets reflétés, mais celle de la surface réfléchissante. Une couleur dont la description est impossible, même si e…

Écrire le désir

À propos de Écrire le désir. 2000 ans de littérature érotique féminine illustrée. Édition établie par Julia Bracher.
L'érotisme en littérature peut être vu comme un exercice de style particulièrement ardu. Ses limites sont floues, sa définition impossible, ses effets imprévus. On a longtemps cru que, relégués à l'enfer des bibliothèques ou au « second rayon », les textes érotiques étaient naturellement considérés comme une littérature frivole et superficielle, purement destinée au divertissement lorsqu'elle n'était pas quasiment prohibée. Cette image du livre sulfureux lu en cachette est pourtant relativement moderne. Elle date de la fin du XVIIIe siècle et surtout du XIXe. Les temps plus anciens ne séparaient pas la sexualité des autres aspects de la vie, ne l'enfermaient pas dans un monde fantasmatique qui se devait de fonctionner de manière inversée par rapport au monde réel, tel un carnaval permanent. Le cliché s'est maintenu jusqu'à l'époque actue…