Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2015

Un tableau : Mary Cassatt, Maternal Kiss

Mary Cassatt, Maternal Kiss
L'adéquation entre le mouvement esquissé et la matière évoquée par les reflets rend cette œuvre irrésistiblement attirante. Ce baiser maternel peint par Mary Cassatt à Paris en 1897 est la représentation d'une émotion enveloppante, une composition où le naturel évoque la croissance des plantes, quelque chose se silencieux et d'une beauté explicite. À la fin du XIXe siècle, Mary Cassatt vit et travaille principalement en France, où elle est devenue une artiste reconnue en tant que peintre impressionniste. Le tableau nous montre une scène d'intérieur, intimiste, où le principal personnage semble être la lumière qui embrasse la chevelure de la petite fille et donne des touches chatoyantes à la manche de la robe de la jeune femme, qui occupe le premier plan et offre un contraste avec les autres éléments. L'ensemble, où les tonalités chaudes prédominent, - orange, brun et surtout jaune- est flamboyant, directement exposé ; le dessin est compo…

En d'autres mots

à propos de En d'autres mots, de Jhumpa Lahiri
   Y a-t-il un instant où une langue étrangère cesse de l'être ? Où peut bien aboutir l'immersion dans une culture choisie, l'appropriation véritable d'autres mots, d'autres tournures, d'autres pensées ? Ce sont quelques-unes des questions qui sont posées dans ce récit autobiographique dédié à l'exploration d'une passion singulière pour la langue italienne qui se manifeste chez une romancière nord-américaine d'origine indienne. Une passion qui la mènera à un profond changement dans son style de vie, car elle partira s'installer à Rome avec mari et enfants, et aussi à une transformation dans son métier d'écrivain. Lorsque la langue est la clé d'un monde inconnu qui ne demande qu'à être découvert, cela vaut bien un long apprentissage, la présence et le soutien de différents professeurs, l'usage et la composition de dictionnaires personnels, l'attente, le rêve et inévitablement l…

Un tableau : Paul Klee, Ad Parnassum

Des couleurs et des formes
Un lieu idéal ? Une géographie naturelle ou architecturale ? Le mélange de formes et de lignes suggérant un paysage dans cette peinture de Paul Klee, réalisée en 1932  aimante le regard par la curieuse disposition de ses couleurs, et par les tonalités elles-mêmes, dont la brillance et la qualité rappellent l'importance de l'expérimentation de différentes matières dans l’œuvre de Klee. L'histoire de Ad Parnassum s'inscrit dans une série d’œuvres, où les éléments de la réalité sont décomposés et recomposés en champs de couleur, économie de la forme qui permet d'en trouver la structure essentielle. L'évolution commence en 1914. Transcrire le paysage en formes géométriques, en « carrés magiques » serait la clé d'une nouvelle compréhension de l'espace, d'un nouveau langage pictural  : "Je me suis senti en phase avec l’art lorsque j’ai pu, pour la première fois, recourir à un style abstrait devant la nature." (Klee, 191…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…