Accéder au contenu principal

Un tableau : Mary Cassatt, Maternal Kiss

Mary Cassatt, Maternal Kiss

L'adéquation entre le mouvement esquissé et la matière évoquée par les reflets rend cette œuvre irrésistiblement attirante. Ce baiser maternel peint par Mary Cassatt à Paris en 1897 est la représentation d'une émotion enveloppante, une composition où le naturel évoque la croissance des plantes, quelque chose se silencieux et d'une beauté explicite. À la fin du XIXe siècle, Mary Cassatt vit et travaille principalement en France, où elle est devenue une artiste reconnue en tant que peintre impressionniste. Le tableau nous montre une scène d'intérieur, intimiste, où le principal personnage semble être la lumière qui embrasse la chevelure de la petite fille et donne des touches chatoyantes à la manche de la robe de la jeune femme, qui occupe le premier plan et offre un contraste avec les autres éléments. L'ensemble, où les tonalités chaudes prédominent, - orange, brun et surtout jaune- est flamboyant, directement exposé ; le dessin est composée de lignes nettes qui détachent le motif principal d'un fond indistinct, fait de touches bleues et vertes. Plusieurs textures sont représentées avec une technique qui rappelle aussi bien Degas que Manet : délicatesse poudrée de la peau et des étoffes qui accrochent la lumière. L'usage du pastel apporte une qualité veloutée et une grande brillance dans le traitement des cheveux, de la carnation et des tissus. Et il y a aussi, dans la position et les gestes, tout comme dans le soin accordé aux étoffes, quelque chose de japonisant, même si ce pastel n'affiche pas une influence japonaise aussi évidente que d'autres œuvres graphiques de Mary Cassatt, qui avait découvert l'art du Japon lors d'une exposition à Paris, en 1890 (La Lettre, ou La femme à la toilette se coiffant).

Si maternité est mise en avant, dans le titre et le sujet, l'unique regard est celui de la petite fille, qui ne semble pas s'adresser pas au spectateur, mais se dirige vers un point extérieur. Un regard calme et curieux qui paraît questionner le monde qui l'entoure. La mère et l'enfant forment un tout, et le visage maternel s'efface ou se cache pour montrer l'expression enfantine. On pense à des scènes similaires, comme Maternal Caress, qui d'ailleurs utilise les mêmes modèles, souvent issus de de l'entourage de l'artiste, femme indépendante et célibataire, mais dont l’œuvre illustre avant tout une idée du bonheur familial et de la relation mère-enfant.



Mary Cassatt, Maternal Kiss, pastel sur papier,1897, Philadelphia Museum of Art


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…