Accéder au contenu principal

Histoire de portes ouvertes

Au Moyen Âge, et jusqu’au XVIIe siècle, la polyvalence de l’espace donnait son caractère à l’intérieur des maisons. Il n’y avait pas de salon ou de chambre à coucher proprement dites. La spécialisation des différentes pièces est le signe de la vie privée, notion moderne qui prévoit la possibilité de s’isoler au milieu d’un groupe. (1) Perçue comme une forme de confort, puis comme un besoin et un droit, l’intimité dépend de l’aménagement de l’espace domestique et de l’introduction de passages et de frontières. Dans un logis médiéval qui, le plus souvent, comprenait une seule pièce, les gens et les objets circulaient. Lorsqu’il était question de plusieurs chambres, les meubles pouvaient être transportés d’une pièce à l’autre au gré des saisons et des besoins. Ayant perdu l’ameublement d’origine, les salles des châteaux et des palais nous apprennent peu sur la façon dont elles étaient autrefois habitées.

L’enluminure et la peinture de cette époque (2) offrent un foisonnement de tissus, de rideaux, de tentures, de baldaquins. Les murs sont cachés, la pièce devient un cocon, une cellule à l’abri du monde et des courants d’air, avec peu d’ouvertures. Cependant les portes et les fenêtres, qu’elles soient ouvertes ou fermées, sont essentielles pour comprendre la naissance et l’évolution de l’espace privé, qui est l’une des caractéristiques de l’époque moderne. En général, le Moyen Âge tardif préfère les scènes d’extérieur, les jardins, les tentes ou les cours. Les fêtes et la guerre ont lieu en plein air. Seuls les saints, les amants et les poètes peuvent être surpris dans leur solitude.


Les œuvres picturales du Moyen Age accordent une plus grande importance au personnage et à ses symboles qu’à l’arrière-plan. Il faut attendre le XIVe et le XVe siècle pour observer des représentations de l’espace sophistiquées, incluant la perspective, le réalisme dans les détails, les objets anecdotiques et la personnalisation du lieu, comme dans le portrait du couple Arnolfini par van Eyck. Ainsi, dans cette image datant de 1407, Christine de Pizan apparaît entourée des éléments qui donnent une idée de son métier d’écrivain, avec un certain confort suggéré par les par les meubles, l’écritoire et le fauteuil. Mais le mur a été « coupé » pour laisser voir l’écrivain au travail, tout comme dans l’une des enluminures des Très riches heures du Duc de Berry, où l’on montre des femmes au coin du feu. Il s’agit encore d’une maison stylisée, exigüe, disproportionnée et les rares éléments architecturaux font office de cadre.




L’espace est toujours unique et chargé de sens C’est aussi le cas pour d’autres œuvres du XVe siècle comme 'La Vierge du chancelier Rollin' de Van Eyck où l’on se croirait à l’intérieur d’une église, dans une ambiance de solennité et de silence. Plus tard, les peintres de la Renaissance et de l’âge baroque suivront ce schéma, reproduiront les mêmes atmosphères douces et froides qui correspondent à leurs scènes mythologiques. Les lieux picturaux par excellence sont les jardins, les cours entourés de colonnes, ouvertes sur le paysage symboliquement paisible et ordonné. L’intérieur, lorsqu’il est représenté, est souvent sombre, meublé de manière sommaire, les visages surgissent de l’obscurité, comme chez Georges de La Tour.




Vers 1660, la porte ouverte dans les tableaux de Pieter de Hooch représente bien plus qu’un jeu d’emboîtement, de perspectives, un horizon d’emprunt là où il n’y a pas d’océan ou de collines. Chez de Hooch, comme chez Vermeer, l’intérieur a son propre langage chromatique et ses propres nuances qui entre en collision avec celui des personnages. La lumière s’y répand naturellement et change selon le moment de la journée. Aussi, les différentes pièces de la maison commencent à posséder un usage propre. La chambre, par exemple, se divise en salle et alcôve (cette dernière est parfois délimitée par un rideau), et ce dédoublement correspond à une nouvelle façon de distribuer l’espace qui prend en compte l’envie d’être seul et le besoin de laisser une partie de la vie dans le secret. La porte qui les sépare devient ainsi une hésitation, une frontière floue entre les deux mondes qui est en train de se mettre en place. Elle laisse voir et/ou imaginer une autre partie de la maison moins exposée et plus intime.

J’ai souvent lié la notion de réalisme à celle de vie privée. Je n’ai jamais pu imaginer qu’on puisse entrer dans un tableau de Raphaël ou du Lorrain. Les colonnades et le marbre, les espaces ouverts et apprivoisés me font penser à une géométrie onirique, à un monde solennel et irréel ou du moins à une scène théâtrale où les attitudes seraient connues d’avance. En revanche, chez Vermeer ou de Hooch, il est très facile de ce sentir chez soi, de fouler les parquets cirés ou de se pencher sur une fenêtre, d’éprouver le froid que semble apporter toute cette lumière dorée, d’ouvrir et de fermer des portes.



(1) Architectures de la vie privée, M. Eleb & A. Delabarre-Blanchard, Ed. Archives d’architecture moderne, 1989

Images : Wikimedia Commons

17-10-08

Commentaires

  1. Je découvre ce soir ce magnifique billet! Vous y décrivez tout en nuances la problématique du dedans/dehors, contenant/contenu, public/privé à travers l'histoire. Je regarderai d'un autre œil les maîtres anciens!
    Amicalement.
    PJR

    RépondreSupprimer
  2. merci beaucoup, d'autant plus que les notions de secret, de vie privée ou de frontière sont aujourd'hui assez décriées. Elles sont pourtant essentielles: du moment où je reconnais et accepte la différence, je reconnais et accepte implicitement la frontière. De là la profonde incohérence des discours qui veulent, à la fois, accepter des modes de pensée et de vie différents et abolir les frontières. Je n'ai jamais haï les haies.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…