Accéder au contenu principal

La chapelle de l'Arena


Le noble padouan Enrico degli Scrovegni craignait probablement les tourments de l’enfer et c’est pour racheter les péchés de son père Reginaldo degli Scrovegni, usurier notoire qui occupe une certaine place dans l’œuvre de Dante, (1) qu’il commanda à Giotto di Bondone, en 1305, les fresques de la chapelle, voisine de son palais, qui porte son nom à Padoue. Une chapelle destinée à l’expiation, à rétablir un équilibre perdu à l’aide d’un thème et de motifs familiers au public médiéval. Le thème de la rédemption d’un seul personnage est, à cette époque, abondamment illustré dans l’art. Il suffit de citer les nombreuses représentations de Marie Madeleine ou la place de la quête chevaleresque ou du pèlerinage expiatoire dans la société et la littérature du Moyen âge. L’usure étant considérée comme une faute d’une extrême gravité, la beauté de la chapelle devait être d’autant plus impressionnante.
La chapelle Scrovegni, dite aussi chapelle de l’Arena, déroule, du sol au plafond, différents épisodes tirés des Evangiles et de la vie de la Vierge et de ses parents, culminant dans la grande scène du Jugement Dernier qui sépare les bienheureux des damnés. Les fresques sont disposées de telle manière que le spectateur voit se déployer sous ses yeux toute l’histoire en même temps, exemple vertigineux de synchronie, de capture de scènes à un moment précis, où la couleur sert de repère. L’architecte Giotto a pu prévoir la direction du regard de plusieurs observateurs simultanés en présentant les mêmes objets sous des angles différents. A l’époque où la chapelle Scrovegni fut achevée, c’est-à-dire ans les premières années du Trecento, la technique de la fresque était à son apogée en Italie et le goût de l’époque prônait un incroyable foisonnement de couleurs rappelant le vitrail et de formes d’une grande délicatesse.

Si le dessin conserve certains traits gothiques, notamment dans les représentations de l’architecture ou dans les proportions, d’autres motifs font leur entrée, comme les perspectives, audacieuses pour l’époque et destinées à détailler un nombre maximal d’éléments de la réalité, au point qu’elles peuvent paraître surchargées d’arbres, de rochers, les angles et les lignes de biais qui donnent une impression étrangement moderne alors qu’ils correspondent à une perspective qui n’a pas été encore théorisée et reste intuitive. Les effets recherchés étaient la profondeur géométrique, mais aussi, à travers le jeu des ombres, l’expression des visages. Giotto est l’un des premiers artistes à avoir représenté l’émotion, non seulement présente dans le regard, mais transmise au corps tout entier. La douleur ou l’émerveillement se laissent deviner sous les plis des manteaux et remplacent par leur expressivité les connaissances anatomiques. Il suffit de regarder une position recroquevillée suggérant l’accablement, une accolade évoquant tantôt la fatigue, tantôt la compassion, un geste de la main décelant le début d’un mouvement ou une prolongation des mots de la conversation. La mise en place d’un certain naturalisme dans la description, dans les attitudes, permet aussi l’introduction d’éléments profanes au milieu des personnages sacrés, ce qui préfigure l’art de la Renaissance. Ainsi, on verra Scrovegni lui-même, dont la figure est à l’échelle de celle de la Vierge et des Saints, des mélanges qui rendent l’exemple et la mise en garde devant la faute aussi frappants que possible. La rédemption, thème éternel, lie l’anticipation de la modernité à l’iconographie médiévale. Les différentes formes de la culpabilité et le pardon final peuvent être suivis à travers des scènes très dramatiques, où les couleurs ont gardé leur brillance, sûrement à l’aide d’habiles restaurateurs et aux nombreuses contraintes imposées aux visiteurs d’aujourd’hui, qui ne peuvent admirer les fresques que pendant une quinzaine de minutes, dans le froid de la climatisation censée protéger les peintures et qui permettent, malgré tout, une expérience inoubliable.

........................................................................



Pour en savoir plus :


La Mesure de de la réalité, Alfred W. Crosby Jean-Marc Mandosio, Éditions Allia, 2003

(1) Canto XVII 43-78

Image : Wikimedia Commons




01-05-09
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…