Accéder au contenu principal

L'illusion de la vie privée

Il y a des secrets qui ne veulent pas être dits.
L'homme des foules est un personnage inquiétant issu de l'imagination d'Edgar A. Poe. Dans la nouvelle The Man of the Crowd, le narrateur suit, à travers Londres, un vieil homme d'apparence misérable, dont le visage et l'attitude éveillent sa curiosité. Au fur et à mesure qu'ils traversent des quartiers élégants, puis les bas-fonds de la capitale, le narrateur découvre que l'homme se déplace toujours à l'intérieur d'un groupe de personnes considérable, marchant sans arrêt, cherchant les foules du jour ou de la nuit. Il en conclut que le vieil homme ne se trouve jamais seul et se sert de la multitude des passants comme d'un bouclier. Pour se défendre de quoi? Cherche-t-il à cacher quelque chose? Il finit par se dire, aussi, que l'homme des foules doit avoir un crime très grave à se reprocher, mais qu'il vaut mieux ne pas le savoir, comme un livre qui "ne se laisserait pas lire".

Ce mystérieux récit, débute comme une chronique réaliste de la vie londonienne et de son agitation fiévreuse, tout en glissant imperceptiblement vers le fantastique. Les passants représentent un concentré de la société britannique toute entière, avec ses différents signes de richesse et de pauvreté, ainsi que les indices vestimentaires qui les rangent dans les différents métiers. Les traits caractéristiques qui, en principe, singularisent chaque individu, deviennent ici des instruments d'un classement collectif qui met chacun à sa place. A une exception près : l'homme des foules échappe à toute définition. Il est paradoxalement isolé au milieu des autres parce qu'il ne se dirige nulle part, parce qu'il n'a pas de case à lui, parce que la foule quantifiable et numérotée lui offre ce que la solitude ne peut lui donner : l'illusion d'une vie privée. Illusion seulement, car l'homme des foules ignore qu'il est observé, et qu'il a été choisi, presque au hasard, pour être dévoilé.
A l'époque où le récit a lieu, Londres se transformait, déjà depuis un certain temps, en une ville tentaculaire aux contours flous, trop souvent changeante pour être rassurante. La diversité dûment étiquettée fait encore peur, mais la privacité absolue aussi, non seulement parce que c'est une entorse à la règle tacite du groupe et représente une parcelle de pouvoir individuel, mais parce que, derrière le comportement furtif de l'homme des foules, le narrateur devine un nombre de qualités et de motivations qui donnent le vertige : Comme je tâchais, durant le court instant de mon premier coup d'oeil, de former une analyse quelconque du sentiment général qui m'était communiqué, je sentis s'élever confusément et paradoxalement dans mon esprit les idées de vaste intelligence, de circonspection, de lésinerie, de cupidité, de sang-froid, de méchanceté, de soif sanguinaire, de triomphe, d'allégresse, d'excessive terreur, d'intense et suprême désespoir. L'homme-secret personnifie le côté énigmatique et incontrôlable des mouvements de foule, la dilution de la responsabilité individuelle dans l'opinion des masses et la volonté de rester caché grâce à une errance éternelle. A plusieurs reprises, les nouvelles d'Edgar A. Poe mettent en scène ces mystères entiers qui débrident l'imaginaire du lecteur, soit parce qu'aucune piste n'est évoquée, soit parce que la situation offre de nombreuses possibilités contradictoires.

Quelques décennies plus tard, le thème de la difficulté que certains éprouvent lorsqu'il s'agit de protéger leur vie privée, manifestera dans plusieurs nouvelles de Henry James, dont The Private Life, avec, en arrière-plan, l'idée de l'existence de l'individu (uniquement) à travers le regard mondain et collectif.



source : Nouvelles Histoires Extraordinaires, Edgar Allan Poe. Traduction de Charles Baudelaire, 1857.

22-06-07

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…