Accéder au contenu principal

Ma journée bernoise (II)

Je ne voulais pas quitter Berne sans voir les œuvres de l’un des plus grands artistes du XXe siècle, Paul Klee, né à Berne en 1879. Le musée qui lui est dédié, le Klee Zentrum, accueille des expositions, des conférences, des ateliers d’art pour enfants et bien d’autres manifestations. Il est placé au milieu d’un paysage vallonné, piqué ci et là d’arbres frêles, un environnement compris dans l‘architecture. Le bâtiment, qui ressemble un peu à une serre toute en courbes, est entièrement composé de verre et d‘une structure métallique. J’ai vu enfin ce que j’avais tant aimé dans les reproductions des livres, les images qui m’ont toujours accompagné en pensée : la merveilleuse « Insula Dulcamara », « Ad Parnassum » et ses tonalités crépusculaires disposées en plusieurs couches distinctes, où l’on peut suivre du regard les chemins pointillistes de ce qui reste une des plus belles représentations de la lumière, devenue presque palpable. L’art de Klee nous permet de découvrir un territoire situé au-delà des contraintes de la géométrie ; dans ses paysages suggérés par quelques lignes superposées, dans la profondeur évoquée par les différents degrés d’une même couleur, des arbres et des maisons apparaissent soudainement isolés, énigmatiques, comme issus d’un rêve. Certains traits rappellent le cubisme, d’autres le surréalisme ou l’expressionnisme, mais ces images défient toute interprétation, et toute appartenance : la peinture de Klee est unique et inclassable. Depuis des débuts, il a multiplié les expériences autour des matières et des techniques picturales. Dans ses tableaux s’exprime une longue recherche à propos de la couleur, dont le peintre, musicien et poète avait découvert les possibilités lors d’un voyage à Tunis en 1914. La couleur, qui deviendra très importante dans une œuvre de plus en plus abstraite et intuitive, d’une grande pureté formelle, où surgissent des éléments d‘une étrange mythologie mi-onirique, mi-enfantine, comme la montagne, les poissons, les plantes, la nuit ou les yeux. L’évolution vers l’abstraction ouvre la porte à un grand nombre d’interprétations obtenues par les combinaisons de couleurs et de formes, offrant ainsi une géographie imaginaire changeante et ambivalente, permettant les associations d’idées, le questionnement, la liberté absolue.

L’Œuvre de Klee m’a toujours fait penser au conceptisme, cette esthétique de l’Espagne du XVIIe siècle, qui prônait la concision et la polysémie dans la poésie, cultivait l’austérité du style et la richesse du sens, le paradoxe et l’allégorie.

Dans les années 1920, Klee faisait partie de l’avant-garde des mouvements artistiques. Il fréquenta des artistes comme Kandinsky, Franz Marc, ou Picasso et enseigna au Bauhaus de Weimar. Sa peinture et son style étaient reconnus et admirés. Vivant en Allemagne, il décida d’émigrer en Suisse avec sa famille en 1933, harcelé par les nazis qui l’avaient exclu de l’Académie de Düsseldorf où il était professeur. Klee vécut encore quelques années à Berne avant de mourir en 1940 à Locarno.

Au cours de sa vie, Paul Klee réalisa un nombre presque invraisemblable d’œuvres (plus de 10.000). La collection du Klee Zentrum compte plus de 4.000 tableaux et dessins.





26/04/2008

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…