Accéder au contenu principal

Promenades gothiques

Il est des lieux qui, dans la littérature et le cinéma, annoncent immanquablement des événements terrifiants ou violents. Les châteaux et les maisons hantés, les cryptes et les cimetières, les caves et les forêts, tout ce qui rappelle la décadence, la mort et l’abandon, mais aussi le manque de certitudes dans la perception de l‘environnement, comme la pluie, le brouillard et l’obscurité. Tout ce qui suggère le déséquilibre en plaçant le héros dans une situation mouvante, aux confins de la folie et du rêve plaît au spectateur et au lecteur de roman noir. L’étrangeté du décor précède et rend presque normale, bien que toujours redoutée, l’apparition irréelle chez celui qui aime se faire peur, et cela fait plus de deux siècles que les ambiances gothiques jouent ce rôle.

Avant d’être un genre romanesque à la mode, le gothique ou « gothick » était un style d’architecture quelque peu nostalgique qui, dans l’Angleterre du XVIIIe siècle remplaça en peu de temps le style palladien, d‘inspiration italienne et classique. Cet intérêt soudain pour l’art médiéval signifie non seulement la récupération d’une esthétique oubliée, mais aussi l’affirmation d’un certain individualisme : l’espace est « personnalisé », il garde des traces des voyages du maître des lieux, qui, entre deux séjours en France ou en Italie, ose l’excentricité dans la décoration, l‘exotisme venu d‘un autre pays et d‘un autre temps. La notion de vie privée apparaît également à cette époque. Les éléments architecturaux et décoratifs protègent l’intimité, les chambres deviennent spécifiques et dédiées à un seul usage, les intérieurs sont aussi plus sombres et les ambiances plus feutrées. Les thèmes littéraires de la solitude et de l’enfermement correspondent à cette mise en valeur de l’individu isolé du monde extérieur, du héros confronté à la tyrannie familiale ou religieuse, ou aux malédictions ancestrales qui se manifestent par le biais des revenants. Il est curieux de constater que la vague gothique coïncide avec le développement des grandes villes d’une part, et avec le début révolution industrielle, de l’autre. Face à la modernité naissante, le goût de l’irrationnel et du sentimentalisme macabre triomphe dans les arts. Le gothic revival se traduit par une profusion de tours, de pinacles, de croisées d’ogives, de ruines décoratives, de chaumières, de labyrinthes de couloirs. Des châteaux et des abbayes sont bâtis dans ce style qu’on prétend typiquement anglais, mais qui restera surtout associé au romantisme, au goût du pittoresque, de l’émotion et des contrastes. Entre 1747 et 1792, Horace Walpole fait entièrement reconstruire le château de Strawberry Hill en y ajoutant des tours, des remparts et en transformant l’intérieur de ce qui était un manoir assez modeste. Dans son château, Walpole élabore le décor de son futur roman, le Château d’Otrante (1764). La gothic novel devient ainsi indissociable de l’architecture du même nom, qui devient un élément dramatique essentiel, tout comme la lumière et le climat. La mode est désormais lancée et des écrivains comme Ann Radcliffe, Matthew G. Lewis, William Beckford et Charles Robert Maturin vont poursuivre l’exploration de la sombre géographie du pays gothique. Vers 1830, la mode s’essouffle en Angleterre, mais elle a déjà laissé une trace dans le reste de l’Europe grâce aux traductions, et le récit fantastique triomphe en France et en Allemagne. L’art romantique privilégie aussi le retour vers un passé légendaire. Les ambiances inquiétantes d’un Moyen Âge rêvé se retrouvent, au XIXe siècle, dans les contes fantastiques de Théophile Gautier, aussi chez E.T.A. Hoffmann et Edgar Allan Poe, entre autres. Mais si l’exotisme ou la bizarrerie du cadre de ces récits rappelle le monde du roman gothique, d’autres artifices contribuent à créer l’impression d’étrangeté. L’alternance des points de vue, qui permet d’établir plusieurs versions parallèles et de présenter un narrateur peu fiable ; le recours au rêve, à l’hypnose ou à la drogue, le soupçon de folie qui plane sur les personnages. Tout cela suggérait un grand nombre d’interprétations possibles, une certaine ambivalence. Ainsi, en 1883, Maupassant décrit le fantastique, enfin débarrassé des outrances et des invraisemblances gothiques : « l'art est devenu plus subtil. L'écrivain a cherché les nuances, a rôdé autour du surnaturel plutôt que d'y pénétrer. Il a trouvé des effets terribles en demeurant sur la limite du possible, en jetant les âmes dans l'hésitation, dans l'effarement ».

08-04-08

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…