Accéder au contenu principal

Stendhal à Florence

J'étais déjà dans une sorte d'extase, par l'idée d'être à Florencce, et le voisinage des grands hommes dont je venais de voir les tombeaux. Absorbé dans la contemplation de la beauté sublime, je la voyais de près, je la touchais, pour ainsi dire. J'étais arrivé à ce point d'émotion où se rencontrent les sensations célestes données par les beaux-arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j'avais un battement de coeur, ce qu'on appelle des nerfs à Berlin ; la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber.

Ces lignes sont extraites de Rome, Naples et Florence, suite de récits de voyages que Stendhal consacra aux grandes et petites villes italiennes en 1817, et dont le texte enrichi et remanié parut en 1827. Entre ces deux dates, il y a eu De l'amour, ouvrage qui recueille, théorise, interprète dans une somme multiforme toute la complexité des liens que l'écrivain entretenait avec le pays qu'il avait choisi comme patrie esthétique et intellectuelle.
Les villes italiennes que Stendhal découvre sont annoncées avant d'être vues. Elles ont déjà une existence sur le papier, une réalité aussi bien historique que littéraire dont les différentes chronologies se superposent en montrant les préférences de l'auteur : Je ne puis me le dissimuler, j'ai de l'amour pour le Moyen Âge de l'Italie. Avant d'être une ville moderne (ce que Stendhal déplore, dans d'autres villes, comme un signe de décadence) Florence est un lieu poétique où se croisent Dante, Boccace, Pétrarque. Santa Croce abrite le tombeau de Michel Ange et celui de Machiavel, parmi d'autres. Dans ce contexte de rapprochement, d'identification avec l'histoire, la ville devient un lieu connu avant d'avoir été réellement visitée : Enfin, les souvenirs se pressaient dans mon coeur, je me sentais hors d'état de raisonner, et me livrais à ma folie comme auprès d'une femme qu'on aime. Aussi, la connaissance de la ville ne se limite pas à aux écrits ; elle est faite de dessins, de gravures et de descriptions d'architecture, qui vont permettre au voyageur de s'approprier l'espace, au sens où, n'ayant besoin de guide, il peut s'orienter dans les rues comme n'importe quel Florentin : J'ai si souvent regardé des vues de Florence, que je la connaissais d'avance.
Cet espace théorique, et pourtant si profondément vivant et concret (le décor contemporain est bien là, avec le théâtre et les réflexions sur l'opéra, les salons, les lieux de promenade et les premiers touristes), représente pour Stendhal le pays idéal de la passion amoureuse. Chaque ville devient le jardin clos où se dévéloppe un caractère unique, que Stendhal attribue à l'héritage civilisateur de la fin du Moyen Âge. Un caractère fait de sincérité et de fierté, opposé à la froideur du caractère français, seulement occupé du respect des convenances. Lorsqu'on lit ces textes, on retrouve les premiers éléments de ce qui deviendra plus tard la théorie de la cristallisation dans l'importance que l'auteur accorde à l'influence du lieu, et de la sensibilisation par l'expérience artistique dans le déclenchement de la passion amoureuse.

18-06-07

Commentaires

  1. Oui, il y a comme une essence de cristal, une forme immatérielle qui brille dans l'air, en quelque sorte, c'est Florence, et pour Stendhal, les Italiens sont en relation intime avec cette forme merveilleuse.

    RépondreSupprimer
  2. Ce que vous dites là des villes "annoncées avant d'être vues" rappelle l'expérience de Freud sur l'Acropole. Lui aussi avait rêvé longtemps avant de faire le voyage! Simplement, le choc de la rencontre s'est révélé transitoirement trop dur pour lui, révélant selon son interprétation toute l'ambivalence qu'il entretenait avec les pères de la civilisation comme avec le sien propre.

    RépondreSupprimer
  3. Le choc de la rencontre révèle également la distance entre la fiction et la réalité. Cette distance est surtout une question d'économie de tout un tas de détails complexes qui gêneraient dans un contexte romanesque ou dramatique. Les détails réapparaissent parfois dans les récits de voyage, c'est cela qui les rend ennuyeux...

    RépondreSupprimer
  4. Nietzsche tient Stendhal pour le dernier des grands psychologues français.
    La description de Besançon dans le Rouge et le Noir est assez éloignée de l'enthousiasme au sujet de Florence.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…