Accéder au contenu principal

Le Temps de l'innocence

Vous connaissez sûrement Le Temps de l'innocence, l'une des oeuvres majeures de la romancière américaine Edith Wharton, contemporaine de Proust et de Henry James. Depuis sa retraite française, elle avait su faire revivre l'univers chatoyant et compliqué de la société new-yorkaise de la fin du XIXe siècle. Lire Wharton, c'est explorer des champs de bataille policés où l'on s'entretue sans effusion de sang, mais avec les armes de l'humiliation et de l'ostracisme. C'est aussi découvrir des penchants manipulateurs bien développés chez les plus innocentes parmi les jeunes filles. Mais l'hypocrisie et le mensonge font partie des nécessités de la vie en groupe et des réflexes de survie. La liberté, dans ce monde romanesque, reste le plus souvent une aspiration aussi désespérée que vaine, malgré le goût des voyages et le cosmopolitisme. Et pourtant, cette recherche d'amour authentique, ou la poursuite déraisonnable d'une vocation littéraire donnent aux personnages de Wharton une dimension tragique en contrepoint ironique avec les ambiances élégantes et froides de l'ancien New York.
Parallèlement à ses romans, Edith Wharton a écrit de nombreuses nouvelles et novelle ; certaines d'entre elles ont été publiées en français sous les titres Grains de grenade et Le Triomphe de la nuit. Il s'agit d'histoires inquiétantes qui, en apparence, pourraient être rattachées à la tradition anglo-saxonne de la Ghost story. En apparence, seulement, parce que rien n'est simple chez Wharton. Dans ces récits, le fantôme est moins un revenant que la personnification d'une conscience tourmentée, d'un crime inavoué ou d'un passé qui résiste à toute destruction. A plusieurs reprises, la maladie du narrateur intervient comme un facteur de brouillage qui crée le soupçon et donne à son discours une moindre crédibilité. Pour ses nouvelles, Edith Wharton n'aimait pas les atmosphères gothiques et les châteaux hantés ; elle leur préférait les maisons modernes où l'étrange ferait irruption dans une vie quotidienne confortable et rangée et ferait soudainement éclater les certitudes les mieux ancrées. Les fantômes rappellent la faute commise, mais parfois ils l'anticipent, et cela dévoile une autre nouvelle que le lecteur pourrait imaginer en jouant avec les possibilités.



Pour en savoir plus :
(en anglais, on peut y lire, notamment, une grande partie des oeuvres d'Edith Wharton)

07-06-07

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…