Accéder au contenu principal

Des livres, toujours des livres devient livre

Aujourd'hui vient de paraître la version imprimée de ce blog. Elle n’est pas bien entendu complète, seuls 29 billets ont été inclus, mais ils m’ont semblé assez représentatifs de ce que ce blog est devenu. Personne ne sait ce que ce support électronique deviendra dans un, cinq ou dix ans. Alors, pourquoi pas une version papier ? Bonne lecture!





http://www.lulu.com/product/couverture-souple/des-livres-toujours-des-livres/18895098?productTrackingContext=search_results/search_shelf/center/1

Commentaires

  1. Bravo Inma!
    Je vous souhaite un franc succès.

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup :-) Et un recueil de poèmes suivra, j'espère bientôt!

    RépondreSupprimer
  3. S'il ne devait y avoir qu'un seul livre dans une bibliothèque, ce serait celui-ci parce qu'il parle de livres.

    RépondreSupprimer
  4. En tout cas, ce sera plus fiable que le support électronique, lorsqu'on sait combien ces derniers vieillissent vite. Qui utilise encore des disquettes?

    RépondreSupprimer
  5. Pas question pour moi d'acheter un livre numérique, l'écran me fatigue, j'y passe déjà trop de temps. Jamais!!!! je ne lirai un livre entier sur mon écran. Jamais!
    J'ai failli passer commande hier de votre livre Inma et je me suis dit que j'allais attendre de commander aussi votre recueil de poèmes et faire d'une pierre deux coups, pour éviter des frais de livraison (élevés en "suivi", le seul acheminement qui soit garanti d'après le site), et de TVA qui, pour un seul ouvrage, double presque le prix du livre (0_0)... pour la France.

    RépondreSupprimer
  6. Merci :-) Les poèmes vont surprendre plus d'un, car la forme est totalement inédite.

    RépondreSupprimer
  7. Pour les CDs (RW ou non), même souffrance: on passe maintenant à la mémoire flash, qui s'efface plus vite que son ombre.
    Et que dire de la musique: on a connu 4 formats de disques plus ou moins résistants aux chocs et scratchables à souhait, des disquettes dont la bande se coinçait dans l'auto-radio, puis les CDs dont la Fnac se débarrasse maintenant. Et après ?
    Electron, où est ta victoire ?

    RépondreSupprimer
  8. Ah, les cassettes! Je connais un qui dirait que la vraie révolution technologique ne consiste pas à changer de support comme de chemise, mais à passer d'une situation où l'on n'entend que les bruits de la voiture à une situation où l'on écoute de la musique en voiture. Tout le reste, n'est qu'une amélioration du jouet.

    RépondreSupprimer
  9. Dans ce cas, le progrès consiste à mettre un moteur à la musique. La lecture ne se résume pas simplement à imprimer des caractères sur du papier. C'est le Yéti de Plambuit, qui a dit ça ?

    RépondreSupprimer
  10. Excellente idée, ¡mucho éxito! J'attends moi aussi les poèmes...surprenants dites-vous, parfait!

    RépondreSupprimer
  11. Je lis ceci à l'instant :

    "Le livre dans la liseuse électronique n’existe que le temps de la lecture, puis il disparaît, comme effacé, ou siphonné. Nous fréquentions aussi l’objet, jadis (et naguère encore). C’était une présence physique, avec ses caractéristiques familières, une compagnie. Certains volumes étaient de vrais crampons, certes, des incrustés, des parasites, mais d’autres nous accompagnaient comme des fétiches, de déménagement en déménagement. Ils partageaient notre vie. Sans vouloir blesser ces purs esprits, nous les aimions aussi pour leur physique… Leur contenu était associé à leur aspect dans notre mémoire oublieuse et il nous suffisait d’en regarder certains sans même les ouvrir pour très exactement et en un éclair les relire. Voilà tout de même une chose irremplaçable qui va se perdre si la tablette absorbe la bibliothèque."
    Eric Chevillard, L'autofictif.
    Son blog :
    http://l-autofictif.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
  12. Oui, les supports électroniques sont fragiles, c'est leur mauvais côté, alors qu'ils représentent aussi une évolution des plus intéressantes; lorsqu'on cherche, par exemple, des titres introuvables en librairie, ou même en bibliothèque. ma première expérience dans la réalisation de sites, il y a une dizaine d'années, a été la création d'un annuaire de liens sur le Moyen Âge. À l'origine, il y avait pour moi d'innombrables difficultés à accéder à certains livres dans une célèbre bibliothèque parisienne, et j'avais décidé d'aller voir ailleurs...

    RépondreSupprimer
  13. Gracias Colette :-) Acabo de descubrir tu blog en blogspot. Es precioso!

    RépondreSupprimer
  14. Jolie couverture, Inma. Pour le contenu, je me réjouis de le relire sur papier. Mais si je commande chez LULU, comment écrirez-vous la dédicace indispensable au plaisir de vous relire?
    Amicalement.
    PJR

    RépondreSupprimer
  15. Sincères félicitations Inma…! Si je faisais un recueil de toutes mes chroniques de la 4e dimension et de mes délires bloguesques ça serait très Rock & Roll probablement, il faudrait d'abord que j'harponne une « Sugar Mamie » qui devienne mon mécène et me paie une belle édition. ; )

    RépondreSupprimer
  16. Merci pour le livre! Il a belle allure. Vous relire sur papier est un autre plaisir que sur l'écran. La temporalité est différente, pas besoin d'attendre que la prochaine page paraisse pour lire la suite, le feuilletage du mille-feuilles est quasi instantané, les textes sont posés l'un à côté de l'autre et non pas l'un après l'autre. Je me dis aussi que je devrais faire la même chose avec mes billets, et les autres blogueurs participant de notre secrète alliance aussi. De tous ces libres, on pourrait occuper un rayonnage de bibliothèque!

    RépondreSupprimer
  17. Livres libres! J'assume le lapsus. Et puis le b est si proche du v sur le clavier, comme sur la langue des hispanophones, que je pourrais presque me le pardonner.

    RépondreSupprimer
  18. Merci à vous :-) Pour ce genre de projets de notre invisible groupe, je viens d'ouvrir un espace forum, qu'on peut trouver déjà en cliquant sur la photo de Blanchon. Le forum, c'est une vieille idée, mais il offre certaines possibilités techniques absentes des blogs. On a même une "Chat box", testée hier.

    RépondreSupprimer
  19. Ouh là ! Quelle est ce sigle étrange apparaissant devant mon pseudo ? Et l'horloge est déconnectée, devenue folle ! Décidément, la technologie... (ça n'a jamais été mon fort)

    Un forum ? J'y ai jeté un coup d'oeil. Mais je n'y comprends pas grand chose... Faut-il s'inscrire pour y laisser un message ?
    Comme l'horloge, je n'ai jamais été très "connectée" à toutes ces choses. Imaginez :
    je n'ai jamais "chatté" de ma vie, par exemple !!
    (je dois être un ovni dans ce paysage)

    Et dire que je n'ai même pas encore ouvert mon blog, depuis le temps que j'y pense ! J'en rêve parfois, mais j'ai de la peine à m'y mettre, comme pour tout... Je suis pleine de peurs et de doutes, je suis pudique, n'aime pas trop m'exposer, je me pose plein de questions, et surtout je ne sais pas si j'en serai capable...
    Et surtout encore, je manque cruellement de temps !

    RépondreSupprimer
  20. Comme j'expliquais à Ambre dans un autre message, le problème vient de chez Blogger, pas de chez vous :-). Mais c'est un sentiment que je comprends, même lorsqu'on écrit soi-même certains programmes et que cela ne fonctionne pas on a une tendance à se dire "qu'ai-je fait cette fois"?

    Le forum est même plus facile d'accès que le blog, il suffit de s'inscrire sur l'onglet correspondant, et c'est alors que la chat box devient accessible. Je l'ai ouvert parce que cela offrait plus de possibilités créatives aux différents intervenants (affichage de photos et vidéos, par exemple).

    RépondreSupprimer
  21. Nos commentaires se sont croisés par voie de synchronisation informatique, Inma !
    C'est bizarre parce que mon tout premier comm' s'était affiché puis a disparu

    RépondreSupprimer
  22. Pour les messages disparus, veuillez regarder dans votre boîte e-mail, je vous ai laissé une explication.

    RépondreSupprimer
  23. Ben voilà, je venais d'écrire un commentaire pour répondre à l'Absente et quand je l'ai envoyé voilà ce que j'ai eu :

    Page Web introuvable
    HTTP 404
    Causes les plus probables :
    •Il se peut que l’adresse contienne une erreur de frappe.
    •Si vous avez cliqué sur un lien, il se peut qu’il soit obsolète.

    Essayez la chose suivante :
    Saisissez à nouveau l’adresse.

    Aller à la page précédente.

    Atteindre et recherchez les informations de votre choix.

    Informations

    Pfff!

    RépondreSupprimer
  24. @Inma : message reçu 5 sur 5
    @Ambre : MDR ! Comme je vous comprends avec votre "Pfff" face au dédale et voies impénétrables de l'informatique !
    Mais que vouliez-vous donc me dire, Ambre ?

    RépondreSupprimer
  25. La cadence a augmenté, mais le nombre de visiteurs aussi, et cela ne me déplaît pas. On continue sur cette lancée, et j'espère que je pourrais vous présenter très bientôt mon recueil de poèmes. Un livre est avant tout une architecture, et certaines architectures posent des problèmes de construction, de structure ou de dessin... J'ai hâte aussi de m'activer sur le forum, mais j'ai trop de travail pour aujourd'hui et demain, alors ce plaisir-là va devoir attendre :-(

    RépondreSupprimer
  26. Je viens de cliquer sur le Lapin et voilà ce que j'ai obtenu, le sort s'acharne contre moi:(((

    Internet Explorer ne peut pas afficher cette page Web

    Essayez la chose suivante :
    Diagnostiquer les problèmes de connexion

    Informations

    @ l'Absente : j'essaierai demain de réécrire (mais je déteste ça, ce n'est jamais comme le premier jet) ce que je vous disais mais là, je tombe de sommeil. A mon horloge, il est 23 h 55.

    RépondreSupprimer
  27. Mais non, Blanchon est le plus gentil des lapins, mais si le lien ne fonctionne pas, essayez ceci:

    http://deslivres.forumgratuit.ch

    RépondreSupprimer
  28. @ Inma : ça a marché à l'instant en cliquant sur Blanchon. Je crois qu'un autre lapin était connecté sur le site, mais les forums ce n'est pas mon truc, je ne suis pas assez réactive, mon cerveau est trop lent.

    @ l'Absente : je disais aussi hier que, comme vous, je n'avais jamais "chatté" pour les raisons indiquées ci-dessus. Je suis une adepte de la correspondance épistolaire...
    Pour ce qui est d'ouvrir un blog je suis sûre que vous en seriez capable, nonobstant vos angoisses, vos doutes subsisteraient. Il est possible de préserver son intimité et sa vie personnelle, à moins d'être comme certain(e)s (cinglé(e)s?) (0_0) qui écrivent leur journal intime... Hum!

    RépondreSupprimer
  29. Si l'on ne peut pas tout préserver, on peut néanmoins arriver à un certain équilibre. Je publie ici mes photos de voyage (ce sont des lieux publics), mais je n'évoque jamais ma vie privée ou de famille. Pas seulement pour moi-même, ou par pudeur, mais parce que cela toucherait d'autres personnes qui n'ont rien demandé. La seule incursion dans le domaine privé a été la mise en ligne de la photo de notre mariage, mais cela reste assez neutre et, de toutes façons, ce n'était pas un secret :-))

    RépondreSupprimer
  30. Oh Inma, ce n'était pas DU TOUT à vous que je pensais en parlant de se livrer dans un blog, bien au contraire, j'admire votre réserve, j'en suis bien incapable, justement. Je pense à quelqu'un d'autre, qui m'est très proche.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  31. Au contraire, je trouve que vous gérez assez bien. Par exemple, vous utilisez un pseudo, ce qui protège la personne, individuellement, mais vous vous exprimez souvent à propos de la Bretagne, de vos livres préférés, même du golf. On vous connaît sans vous connaître réellement. C'est aussi ce que je cherche: laisser voir mon champ magnétique tout en restant dans l'ombre.

    RépondreSupprimer
  32. Puisqu'il est question de photos de vacances, j'ai essayé de faire prendre la pose à un ragondin des bords de l'Arno. Il a baillé (lorsqu'il ouvre la bouche, il me fait penser à une agrafeuse), et a regardé les passants sans s'inquiéter; malheureusement les photos étaient inexploitables, car prises à une trop grande distance. Il y avait aussi une curiosité du côté de Santo Spirito: un bouquiniste qui ne rangeait jamais sa boutique. A près de 90 ans, il disait qu'il avait toujours l'intention d'y mettre de l'ordre, mais qu'il pensait le faire "domani". Après quelques milliers de "demains", la boutique ressemblait à une caverne où les piles de livres éparpillées dans tous les sens s'amoncelaient du sol au plafond en équilibre précaire. C'était fascinant. Malheureusement, je n'ai pas d'image non plus

    RépondreSupprimer
  33. J'aime aussi quand les mots remplacent les images:))
    Moi aussi j'en ai une (de photo pas prise, à l'époque je fonctionnais avec un appareil argentique et je n'avais plus de pellicule) qui restera gravée à jamais dans ma mémoire (dans mon regard). C'était en juillet 1980, à Dinard, au lever du soleil, je regardais la mer de la terrasse de l'hôtel. Nous nous étions levés tôt pour prendre le bateau qui allait à Jersey. Ce que j'avais devant les yeux, je ne regrette pas de ne pas l'avoir en photo, c'était trop beau cette atmosphère, cette lumière du petit matin. C'est ma plus belle photo, ni argentique, ni numérique; féérique.
    Mais nous en avons tous, de ces images qui resteront toujours vivantes, au contraire de la photo qui fige l'instant.

    RépondreSupprimer
  34. C'est un peu le sujet du billet que je suis en train d'écrire. Beau souvenir, Ambre

    Je ne suis jamais allée dans les îles anglo-normandes... à faire donc.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…