Accéder au contenu principal

Vie intérieure

À propos de Manazuru, de Kawakami Hiromi

Nous sommes en pays inconnu, dans une réalité peu sûre, c’est-à-dire à l’intérieur de la rêverie d’une femme, Kei, qui tente de comprendre la disparition de son mari, douze ans plus tôt. Des voyages fréquents vers une station balnéaire nommée Manazuru rythment sa quête, car ce mot calligraphié dans son journal est la seule piste qu’elle puisse suivre, tandis que sa vie de famille semble prendre un autre cours : une fille qui grandit, une grand-mère qui vieillit, un amant qui s’éloigne. Autant de disparitions futures qui sont annoncées en filigrane.

Kei prend alors la trajectoire contraire à la flèche du temps et plonge dans ses souvenirs et ses rêves, le tout mêlé, indissociable et énigmatique. Au bord de la mer, elle décortique le passé en compagnie du fantôme d’une inconnue qui s’intègre progressivement dans son histoire, comme une sorte d’amie imaginaire avec laquelle entamer un monologue à deux voix. Cette femme semble savoir ce qui est arrivé au mari de Kei, mais n’est pas disposée à faire des révélations et devient plutôt un témoin, un reflet de la vie intérieure de Kei laissant apparaître des sentiments de culpabilité ou des doutes. Leur rencontre, et le ton du roman, me font penser à une nouvelle de Junichiro Tanizaki, intitulée Chemin faisant : un homme qui souhaite se remarier après la mort de son épouse est abordé dans le train par un inconnu qui dit travailler en tant que détective et qui semble très bien le connaître, au point de lui rappeler la façon dont il serait devenu veuf en commettant un crime parfait.  Dans ce cas, comme dans Manazuru, il s’agit d’un récit qui ouvre plusieurs possibilités d’interprétation, canalisées par une rencontre inquiétante dont le rôle est d’explorer une histoire vécue sur un mode conditionnel, au lecteur de choisir « son » récit.

Manazuru est en outre un excellent exemple des possibilités du narrateur peu fiable. Le récit effleure plus qu’il ne développe ; les non-dits sont nombreux, exprimés par des sauts chronologiques rapprochés que l’on trouve parfois dans une même phrase. Le monologue de Kei brouille la continuité logique en introduisant fréquemment de nouveaux éléments.  Son mari a-t-il réellement disparu ? Les rites mémoriels auxquels toute la famille participe cachent-ils autre possibilité, en dehors de la mort de l’absent ? Sans oublier le côté onirique de nombreuses scènes (le bateau échoué) qui rendent le récit assez instable. Cela me rappelle encore une phrase de Tanizaki concernant sa préférence pour les ressources de la fiction plutôt que celles de l’autobiographie : « Je ne m’intéresse qu’aux mensonges ».


Kawakami Hiromi, Manazuru, traduction d’Elisabeth Suetsugu, éd. Philippe Picquier, 2009 


Photo: I. A.

Commentaires

  1. Wikipédia est très bien documenté sur le "mensonge"
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mensonge
    ce qui ouvre le champ à toute une panoplie de possibilités littéraires, plus que la "vérité" (même si selon M. Lefebvre, elle ait des charmes indiscutables)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9rit%C3%A9

    RépondreSupprimer
  2. La vérité est que vous allez découvrir les innombrables facettes de l'Empire du Milieu. Mais une question me chiffonne. Aurez-vous toujours accès à blogspot depuis là-bas? Ce serait peut-être l'occasion pour un nouvel avatar lagomorphique.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, j'ai déjà un appartement avec climatisation et WIFI. Si les deux fonctions n'ont pas été inversées au montage, ça devrait marcher. Ne reste plus que le provider: 百度 ? (Baïdu).
    Je ne suis plus tenté de créer un nouveau blog, à moins d'en faire un outil professionnel (voir le livre de Jeff Jarvis en votre possession).
    Mais les facettes de l'Empire du Milieu, on les découvre aussi ici, à l'occasion d'un déménagement, dans la différence entre les conceptions asiatiques et occidentales de l'organisation. Déroutant. Il faut lire "La Pensée chinoise", de Marcel Granet, pour en prendre la mesure.

    RépondreSupprimer
  4. Sinon, la photo a été prise jeudi dernier à Viareggio. Il faisait presque nuit et l'appareil photo du smartphone (qui reste assez smart tout de même) donne aux images nocturnes un rendu assez velouté.

    RépondreSupprimer
  5. Ambre, voulez-vous que j'ajoute Margot aux membres? J'ai appris qu'il n'y a rien à faire pour l'horloge, à part attendre que Blogger s'en occupe, je ne suis pas la seule à afficher des heures fantaisistes dans les commentaires. Mais on peut aussi le voir comme une invitation au voyage :-)

    RépondreSupprimer
  6. Joli tout ce "bruit" sur la photo, ça donne un effet pointilliste. La photo argentique avait un petit "grain", alors que la photo numérique fait du "bruit": crazy & jazzy.

    RépondreSupprimer
  7. @ Inma : Mais oui, je veux bien que MarGAUX soit rajoutée si vous l'avez sous le coude (0_0)! Cela me permettra enfin de pouvoir m'abonner à votre blog et d'être prévenue des nouvelles publications. Merci Inma.

    RépondreSupprimer
  8. Mauvaise nouvelle, je ne pourrai pas ajouter Margaux, c'est à Margaux herself de le faire en créant un nouveau compte, car si j'essaie la fonction "devenir membre" c'est seulement mon propre profil qui s'affiche :-(

    RépondreSupprimer
  9. Pas de Château Margaux et son Pavillon Rouge ? rouge comme celui (紅樓夢) où Ambre rêve ?

    RépondreSupprimer
  10. Inma : Cela m'étonnait aussi que ce ne soit pas moi qui doiven le faire. Le problème c'est que je l'ai fait comme je l'ai indiqué dans d'autres commentaires et qu'après "apparition" il a disparu.

    En fait mon désir eut été de m'inscrire comme membre sous mon pseudo Ambre tout simplement mais le compte Google que l'on me propose avec ce pseudo ne fonctionne pas avec l'adresse mail de Ambre ou alors on me propose un compte que je souhaite garder confidentiel, lequel d'ailleurs apparaît systématiquement quand je veux commenter et que je dois penser, à chaque fois que je commente, changer. Si j'oublie de le faire, ce sera une grosse catastrophe (pour moi) car vous sauriez tout de moi:)). Pfff! je suis un peu paumée avec mes adresses mails et c'est de ma faute.

    Bon j'essaierai ce soir, là je file prendre l'air, il fait un temps superbe...

    Rabbit : c'est amusant que vous parliez de pavillon "rouge" avec Margaux car figurez-vous que cette adresse mail - Margaux du Kelen - fonctionnait pour mon premier pseudo : ambrerouge (0_0) qui fut à son époque, connu comme le loup blanc!

    RépondreSupprimer
  11. Voilà ce que c'est de faire partie d'une organisation secrète: langage codé et profil masqué, on finit par ne plus s'en dépêtrer...

    RépondreSupprimer
  12. Oui, mais tout de même, maintenant tout le monde sait comment je m'appelle!
    Le problème avec Google, Blogger... c'est qu'ils vous suivent à la trace et refusent ensuite toute autre adresse e-mail! obligation d'une adresse gmail! C'est très déplaisant.

    Quelle photo superbe! On dirait un pastel...

    RépondreSupprimer
  13. Il y a un truc pour cela : se déconnecter de google, gmail etc. dès qu'on a fini ce qu'on était en train de faire (consulter ou écrire des e-mails). Je ne reste pas longtemps connectée au compte google pour des raisons plutôt professionnelles. Je dois chercher des tas de références qui n'appartiennent jamais au même champ sémantique, par exemple je peux chercher le mot verre dans quatre ou cinq contextes différents (verre de contact, prendre un verre, verre de sécurité) et le fait qu'on me propose des résultats dans un seul domaine ralentit mon travail parce que cela ne correspond pas à ce que je recherche réellement à ce moment-là.

    RépondreSupprimer
  14. Bon ben voilà avec Ambre. Mais je n'ai pas réussi à être insérée avec "les membres" (0_0)!
    Je suis comme d'habitude (cf. my family) le mouton noir!

    RépondreSupprimer
  15. Oh! Ambre a disparu quand j'ai cliqué sur ma photo "avatar"; j'étais au-dessus des membres avec Google friend!
    Je recommence mais c'est le dernier essai (0_°)

    RépondreSupprimer
  16. Snif! Suis toujours toute seule dans mon coin... euh, dans mon bain:))

    RépondreSupprimer
  17. La mini-mini photo c'est ça :
    http://blog.kreathink.it/wp-content/uploads/2012/02/Amber-21.jpg

    RépondreSupprimer
  18. Précision : je n'ai - malheureusement - rien à voir avec cette charmante baigneuse.
    Bonne nuit!

    RépondreSupprimer
  19. Mais que s'est-il encore passé? Je ne suis plus avec (au-dessus) des membres?
    Pardonnez une fois de plus tous ces commentaires écrits hier soir Inma. Cette fois je laisse tomber. Mais ce n'est pas bien grave, je viens visiter votre blog régulièrement.
    Bonne journée, malgré cette terrible nouvelle entendue ce matin :

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE82D00320120314

    Tout le reste paraît bien futile.

    RépondreSupprimer
  20. Certes, certes, ne vous en faites pas. S'il se trouve, c'est le même coup qu'avec l'horloge: inutile de la régler soi-même, l'erreur étant peut-être due à un dysfonctionnement du site.

    RépondreSupprimer
  21. Ou une mauvaise approche de l'opératrice: je recommande dans ce cas de se mettre au diapason de l'horloge, de penser comme elle, et une solution originale devrait apparaître.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…