Accéder au contenu principal

Légèreté du temps

À propos de Les lieux et la poussière, de Roberto Peregalli

Sous-titré Sur la beauté de l’imperfection, ce recueil d’impressions esthétiques sur l’architecture rappelle en douze chapitres l’importance d’un certain ordre spontané définissant la maison ou la ville qu’il conviendrait de ne pas troubler. L’auteur, lui-même architecte, puise notamment dans la littérature (Proust, Tanizaki, entre autres) et dans la Philosophie (Heidegger), ce qui caractérise la beauté d’un lieu. La poussière sur les murs  est ici le temps devenu perceptible, assimilable à une patine, signe de connaissance ajoutée, des strates d’histoire qui s’intègrent aux qualités architecturales. Autrefois, la conception de la ville laissait une bonne place à l’imparfait et à l’inattendu, parce que cette structure n’était pas planifiée d’avance, elle apparaissait spontanément et se développait par rapport à l’utilisation qu’on faisait de l’espace. Ainsi, éclairage, ornement et construction sont étroitement liés pour favoriser une ambiance intime et personnelle. La flamme de la bougie des tableaux de Vermeer et de Georges de La Tour ont connu des avatars contemporains dans le néon ou les lumières tamisées qui pouvaient changer l’apparence d’une pièce. Les fenêtres signifiaient une perméabilité consciente et protectrice entre extérieur et intérieur, laissant passer l’air et les variations de la lumière. La rue prolongeait l’atmosphère de la maison avec des parcs, des bancs, des cafés… La ville et la maison n’avaient d’autre finalité que d’être habitées. La beauté des bâtiments et des intérieurs est toujours fragile et unique ; elle est tributaire d’un passé également unique, qui a imprimé les traces des modes du temps jadis, de la négligence et de l’usage.   
     
Or cette beauté  disparaît sous une couche de ciment uniformisateur qui fait que tous les villes se ressemblent, que tous les musées aient l’air de centres commerciaux.  L’auteur constate l’enlaidissement du monde par l’obsession du neuf, du vide, de la lumière uniforme, de l’objet sans histoire et de la reconstruction. Les fenêtres deviennent les murs d’un aquarium qui offre seulement  une « vue » sur un paysage figé. Le blanc omniprésent dans la décoration montre des maisons aseptisées, où les choix esthétiques des habitants ne s’expriment plus, le tout baigné d’une lumière agressive qui, comme l’affirmait déjà Tanizaki dans Eloge de l’ombre, sert « […] à traquer à travers le moindre recoin, l’ultime refuge de l’ombre ». La suppression de tout ornement rend les façades illisibles. L’architecture « moderne » est ainsi visée, pas tellement en raison de ses dogmes esthétiques, qui peuvent être compris en les plaçant dans le contexte du XXe siècle, mais de son évolution actuelle, marquée par l’inadaptation à son environnement. Le soi-disant rationalisme a produit une série de banlieues mornes, de zones pavillonnaires rébarbatives, d’édifices criards et inhabitables, d’incongruités esthétiques comme la Pyramide du Louvre ou le Potsdamer Platz. Cela tient essentiellement à une utopie malsaine, qui se manifeste ici par un refus du temps et de l’éphémère, cela tient à la peur de la dégradation et de la ruine, à une volonté de contrôle qui aboutit à un mirage d’éternité, où tout est constamment rénové, plastifié, où le passé est convenablement étiqueté et balisé, comme s’il était possible de le rendre ainsi inoffensif.   
    
Un texte enfin assez touchant, et qui me fait penser que, dans tous les domaines, vouloir faire table rase du passé est le comble de la bêtise et du manque d’imagination.


Roberto Peregalli, Les Lieux et la poussière, traduit de l’italien par Anne Bourguignon, arléa 2012

Commentaires

  1. Un livre que je vais me procurer car il rejoint les constations et réflexions que je me fais souvent en voyant le non-sens de ces constructions tout en verre, maisons et bureaux. Mirage d'éternité dis-tu, sans doute.
    Les murs épais et les petites fenêtres des constructions traditionnelles avaient aussi une fonction évidente: réguler la température intérieure.

    Où est passée notre intimité?
    Tout savoir et tout voir...cauchemar.

    RépondreSupprimer
  2. En effet, l'intimité, la variation de la lumière, la décoration sont des gestes individuels (ou s'inscrivant dans le cadre du voisinage, du village ou du quartier), ils n'entrent donc pas dans le cadre d'un quelconque plan, ils abhorrent toute forme de collectivisme. Un des chapitres du livre décrit la démesure, le gigantesque, comme l'une des caractéristiques de l'architecture actuelle, qui n'est plus pensée en fonction des gens qui vont l'habiter, mais d'une utopie abstraite et collective dont personne ne veut. Ce gigantisme rend les villes de plus en plus inhospitalières, personne ne se sent plus chez soi. Selon l'auteur, c'est parce que l'on perd l'équilibre entre les proportions, l'harmonie et les fonctions d'un lieu. Je pense cependant qu'il faudrait mettre plutôt en cause une idée de base qui a marqué l'architecture du XXe siècle : celle de la soumission des gens aux caractéristiques de l'édifice, qui les oblige à modeler leurs vies en fonction de celui-ci, alors que c'est plutôt l'inverse qui devrait se produire.

    RépondreSupprimer
  3. Je lisais il y a peu Murakami : " les œuvres qui possèdent une sorte d’imperfection sont celles qui parlent le plus à nos cœurs, précisément parce qu’elles sont imparfaites. »
    Cet essai sur l'architecture contemporaine est très tentant. Les ornements sur les façades font le bonheur des passants, c'est vrai, et dans Schaerbeek, ma commune, la richesse et la variété des maisons et immeubles particuliers sont un régal pour les yeux.

    RépondreSupprimer
  4. La rue de Laeken, à Bruxelles! J'ai lu il y a quelques années un article sur la reconstruction de certains édifices de cette rue, reconstruction qui avait été faite dans le respect de l'environnement architectural, mais je ne trouve plus la source.
    L'imperfection, c'est aussi la différence, la faille; tout ce qui n'est pas lisse et transparent nous pose une question, est à l'origine d'un mystère, et c'est ce que l'on cherche en allant dans une ville ou pays étranger.

    RépondreSupprimer
  5. C'est comme en politique : se soumettre à une rationalité économique commune à tous ou disposer des moyens financiers nécessaires à la réalisation de sa propre conception du monde.

    RépondreSupprimer
  6. Aujourd'hui paraîtra le 100ème billet de ce blog... Rdv ce soir :-)))

    RépondreSupprimer
  7. J'aimerais bien, même virtuellement, mais non, je posterai seulement quelques dessins pour fêter le centième billet. C'est sympa, votre nouvel avatar "Don't thread on me" :-)

    RépondreSupprimer
  8. Le libéralisme à l'américaine, les Pères Fondateurs, les 10 amendements du Bill of Rights, etc. Trèèèèèèèèèèèès sympa.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…