Accéder au contenu principal

Récits qui écoutent et poissons magiques

A propos de Au pays des mensonges, d’Etgar Keret

Un livre pourrait-il devenir un animal à la fourrure douce ? Un poisson transformé en homme par une sorcière ayant la bougeotte garderait-il la nostalgie de la mer ? Les univers parallèles sont-ils un remède au chagrin d’amour ? La plus belle histoire du monde ne serait-elle pas celle qui « écoute » le lecteur au lieu de lui imposer un récit ? Peut-on rencontrer un jour les personnages qui peuplent nos mensonges et qui ne manqueront pas de nous demander des comptes ? La lecture des 39 nouvelles qui composent Au pays des mensonges est ainsi des plus stimulantes. Parfois extrêmement brèves, les histoires nous laissent nous égarer dans un monde fantaisiste en constante expansion. Elles ouvrent des trappes secrètes dans les rêves ou les souvenirs. Mais le fantastique s’enracine le plus souvent dans un contexte quotidien, dans une plage hors-saison ou un appartement banal de quelque ville israélienne, description concise mais minutieuse du réel offrant en arrière-plan le portait d'un pays. Du fantastique, mais aussi beaucoup d’humour absurde au cœur de la tristesse, comme lorsqu’il s’agit d’évoquer les mésaventures sexuelles de personnages minés par l’indifférence, de raconter la solitude de celui qui possède un poisson magique qu’il tient absolument à garder dans un bocal, non pour les trois vœux que le poisson peut exaucer, mais parce que la qualité première d’un tel animal est qu’on peut discuter avec lui toute la journée... L’irréel et la nostalgie sont souvent le refuge de ceux qui ont peur de vivre, ou qui aspirent à sortir d’un cadre étroit à l’excès. L’éloge de l’imagination débridée prend ici des allures de fable ou de conte,  les conséquences des mauvais choix sont très lourdes, mais on n’est jamais à l’abri d’une conclusion heureuse, et des réflexions qu’elle entraîne.

Etgar Keret, Au pays des mensonges, traduit de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech, Actes Sud 2011

Commentaires

  1. Beaucoup d'acuité dans vos réflexions Inma, comme souvent...

    Concernant votre première phrase, je réponds oui. J'ai ainsi quelques ouvrages que j'ai eu envie de caresser tant leur lecture me fut douce, comme une fourrure d'animal.

    RépondreSupprimer
  2. Et pardon si ce n'était pas le sens que vous donniez à cette phrase:))

    RépondreSupprimer
  3. En fait, il s'agit d'un des récits de ce recueil, où il est question d'un homme qui voudrait écrire un livre qui se transformerait ensuite en autre chose, puis en un animal à fourrure douce. Mon problème a été ici de raconter quelque chose sur le livre sans trop le dévoiler, parce que c'est assez surprenant, très imaginatif.

    RépondreSupprimer
  4. Je donnais à cette idée le même sens que vous, mais il y a bien sûr d'autres interprétations possibles.

    RépondreSupprimer
  5. Plus rien lu d'Etgar Keret depuis "Crise d'asthme", il y a dix ans déjà, et je me souviens de son sens du mystère au coeur de l'ordinaire. Exemple : "L'homme le plus patient au monde tenait un journal à la main et faisait semblant. Il ne lisait pas vraiment, il attendait quelque chose. Personne ne savait ce que c'était." (Patience) Merci de nous donner de ses nouvelles.

    RépondreSupprimer
  6. Un peu comme lorsqu'on calcule combien d'années de notre vie se passent effectivement à attendre que quelque chose ait lieu. Je me souviens d'une série de statistiques loufoques dans ce genre, combien de temps passé à ouvrir du courrier, à attendre le train... Je n'ai pas lu "Crise asthme", mais je note la référence pour plus tard. Merci.

    RépondreSupprimer
  7. J’aime beaucoup ce que tu en dis, je note car ne connais pas cet auteur.
    Une histoire à l'écoute des gens serait interactive...elle changerait de cap à tout bout de champ, de langue pourquoi pas, n'aurait souvent aucun sens, l'absurde onirique, les divagations de plusieurs...un chaos d'idées; comme un jeu, non?
    Feliz semana.

    RépondreSupprimer
  8. La littérature a toujours un côté interactif. On lit avec notre vécu, avec nos goûts personnels... C'est qui fait qu'un même livre, lu à l'adolescence puis vingt ans plus tard, par exemple, n'a plus du tout la même saveur. Il y aurait tout un éloge de la relecture à faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te places ici, et je suis bien d'accord avec toi, du côté du lecteur...s'il veut collaborer.
      Je me souviens en particulier de longues discussions quand parut "Si par une nuit d'hiver un voyageur" de I.Calvino. Un certain nombre de personnes s’étaient senties mal à l'aise devant ces bouts d'histoires qui n'avaient pas de fin.

      Je pensais aussi à l'écrivain: comment écrire de façon interactive? la difficulté se trouve dans la technique à employer.
      Juste des réflexions que je me faisais en te relisant (vu que je suis nulle pour le énigmes!)
      Joyeux dimanche Inma.

      Supprimer
    2. "Si par une nuit d'hiver.." Certes, j'ai souvent cet exemple en tête en ce qui concerne l'interactivité, mais aussi le pastiche de certains genres ou romans célèbres. Et on pourrait penser que la suite des bouts d'histoires devrait suivre les règles (ou les conventions) des genres pastichés. Un autre exemple d'interactivité connu est "La Vie mode d'emploi", où les histoires s'imbriquent les unes dans les autres.

      Supprimer
  9. Vous me donnez envie de lire ces histoires qui "ouvrent des trappes secrètes dans les rêves ou les souvenirs", avec de "l'humour absurde au coeur de la tristesse" (que de belles formulations dans ce billet !). Merci.

    RépondreSupprimer
  10. En tout cas j'aime ces livres qui sont comme des vins pétillants et légers, mais qui enivrent tout de même :-)))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…