Accéder au contenu principal

Chutes libres


A propos de Chutes libres, de Dani Boissé

Si les chats retombent sur leurs quatre pattes, c’est qu’ils savent se retourner pendant la chute. Le même principe devrait s’appliquer en matière littéraire, en particulier aux romans et nouvelles qui offrent un retournement final –que l’on appelle twist ending au cinéma- à des histoires dont la banalité ou la correspondance avec certains clichés ne laissait entrevoir une telle conclusion. Ce principe est un défi pour l'imagination, une invitation à multiplier les angles de vue et à développer des interprétations différentes d'un même récit.  C’est avec plaisir qu’on le retrouve dans ces Chutes libres : tout au long des vingt-quatre brèves nouvelles qui composent le recueil, le lecteur fera connaissance avec des grand-mères rêveuses, avec une femme persécutée par un homme masqué et portant une cape noire, avec des amoureux contrariés, des animaux fins observateurs de la nature humaine, voire des conspirateurs du quotidien, ou des vieilles dames, au-dessus de tout soupçon, qui s’adonnent néanmoins à d’étranges loisirs.

 Il s’agit de nous emmener le long chemins détournés, après nous avoir ouvert une lucarne sur des parcours prévisibles, des vies obscures ou des biographies où l’on croit deviner facilement ce qui va se passer, car elles s’inscrivent dans des genres connus –nouvelle policière, récit fantastique, histoire d’amour ou souvenir de famille-. Le style et l’atmosphère classiques semblent souligner le calme d’une petite ville de province ou d’une campagne françaises, la transparence des bonnes intentions, le respect des convenances ou l’apparente immobilité des destins juste avant le (dernier ?) rebondissement.

 Certaines, parmi ces chutes, sont vraiment inattendues, dans d’autres, on reconnaît des procédés de surprise éprouvés, comme le réveil qui vient dénouer une situation inextricable, développée dans les méandres d’un rêve, ou le grain de folie qui brouille les lignes du réel les mieux tracées.  Le narrateur joue avec assez d’habileté avec les attentes et les idées reçues du lecteur, avec ce qu’il croit savoir d’avance et ce qu’il croit apprendre par la suite, car c’est toujours un jeu qui peut se terminer dans un grand éclat de rire, ou même par une relecture, afin de savoir à quel moment on a laissé passer l’information essentielle et subtilement distillée, tout en sachant que, au fond, l’un des grands plaisirs de l’amateur d’énigmes est d’être dupé.


Chutes libres. Nouvelles, Dani Boissé, Les Presses Littéraires, 2012

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…