Accéder au contenu principal

Un tableau : Paul Klee, Ad Parnassum

Des couleurs et des formes

Un lieu idéal ? Une géographie naturelle ou architecturale ? Le mélange de formes et de lignes suggérant un paysage dans cette peinture de Paul Klee, réalisée en 1932  aimante le regard par la curieuse disposition de ses couleurs, et par les tonalités elles-mêmes, dont la brillance et la qualité rappellent l'importance de l'expérimentation de différentes matières dans l’œuvre de Klee. L'histoire de Ad Parnassum s'inscrit dans une série d’œuvres, où les éléments de la réalité sont décomposés et recomposés en champs de couleur, économie de la forme qui permet d'en trouver la structure essentielle. L'évolution commence en 1914. Transcrire le paysage en formes géométriques, en « carrés magiques » serait la clé d'une nouvelle compréhension de l'espace, d'un nouveau langage pictural  : "Je me suis senti en phase avec l’art lorsque j’ai pu, pour la première fois, recourir à un style abstrait devant la nature." (Klee, 1919). Entre 1931 et 1933, Paul Klee enseigne à l'Académie d’État des Beaux-Arts de Düsseldorf. D'autres tableaux de cette période montrent un certain intérêt pour les techniques du pointillisme, évoquant les jeux de lumière impressionnistes mais aussi les tesserae des mosaïques byzantines de Ravenne. C'est ce qu'on retrouvera dans Polyphonie ou Emacht, peints la même année. Ad Parnassum crée un espace intermédiaire entre figuration et suggestion. Avec des pigments composés d'un mélange de caséine et de peinture à l'huile, le tableau est actuellement très fragile, du fait également de sa taille relativement grande -100 x 126 cm – mais cette matière offre à la surface peinte l'illusion d'un scintillement lumineux, grâce au contraste entre les points blancs et les couleurs vives sous-jacentes. Cela donne en outre une impression de profondeur et de constant changement, qui n'est pas due à une perspective, mais à un assemblage chromatique basé sur les contrastes et le rapprochement entre les nuances pâles et foncées.

Significations

Avant Ad Parnassum, le thème du soleil ou du ballon rouge qui occupe une place centrale dans le tableau apparaît dans l'aquarelle Ad Marginem (1930). Cette forme ronde apparaît en arrière-plan, mais de manière bien visible, au milieu de carrés colorés et de lignes qui font probablement allusion aux pyramides vues lors d'un voyage en Égypte, mais aussi un horizon montagnard, voire la silhouette d'une maison. Si la présence de cet élément rapproche la composition d'une représentation figurative, l'essentiel du tableau garde un certain mystère et résiste à toute interprétation.

Le titre fait allusion à la locution latine « Gradus ad Panassum », la Montée au Parnasse, qui désigne un ouvrage pédagogique dans le domaine des arts, notamment musical, d'après la légende qui faisait du mont Parnasse le lieu où vivaient les Muses.  C'est surtout le titre du traité de contrepoint de Johann Fux, écrit en 1725, qui a inspiré Paul Klee, peintre et musicien, qui depuis longtemps mettait en œuvre un dialogue entre le langage de la musique et celui de la peinture, l'aboutissement étant une peinture polyphonique "(...) en ce sens supérieure à la musique que le temporel y est davantage spatial. La notion de simultanéité s’y révèle plus riche encore." (Klee, Journal, 1917). Ce qui rapproche la peinture de la musique serait la dimension temporelle tout comme la notion de couleur ; les notes renvoient aussi bien au son qu'à la distinction entre les nuances. Il est question de tons et de gammes dans le monde de la couleur, tandis que la terminologie utilisée par Klee pour définir la couleur est souvent musicale : polyphonie, fugue, voire "libre improvisation sur le clavier des couleurs". Peut-on rendre le son dans toutes ses qualités sur la toile ? Sa représentation est à la fois une énigme et un défi.  

Ad Parnassum, 1932, au Zentrum Paul Klee, Berne


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Devant une fenêtre

Mystérieux tableaux
1 Devant une fenêtre

   Comme une représentation simultanée de la vie extérieure et intérieure, de l'activité et du repos, de l'ouverture et de l'introspection, les figures féminines devant des fenêtres sont des motifs classiques de la peinture depuis l'époque où celle-ci met en scène la vie quotidienne de manière réaliste, dans des maisons qui ne sont ni des palais ni des églises, dans des cafés et des ateliers. Si le sujet de la fenêtre apparaît à la Renaissance, il se multiplie chez les peintres hollandais du XVIIe siècle. Chez Vermeer, la liseuse montre un profil délicat, surtout intéressée par sa lettre. Du monde qui se trouve dehors, presque rien ne transparaît, seulement la lumière qui se reflète sur les carreaux de verre. Les œuvres de Pieter de Hooch et de Pieter Janssens Elinga comptent également des exemples de figures féminines vues de dos, à contre-jour, mais le regard est ailleurs : dans l'accomplissement de tâches ménagères ou de …