Accéder au contenu principal

La dernière nuit à Tremore Beach


à propos de La dernière nuit à Tremore Beach, de Mikel Santiago

   Une des qualités qui font tout le charme du roman noir, roman policier ou roman à suspense à notre époque, peut-être la qualité principale, est la création d'une atmosphère particulière, dans des tonalités lugubres ou effrayantes. Cette atmosphère, lointain héritage romantique et gothique, prend le pas sur n'importe quelle intrigue, façonne même l'intrigue. Le lieu est une partie non négligeable de l'action, lui offre un certain exotisme de nature à brouiller les repères quotidiens. Cependant, nul besoin de châteaux, d'âges obscurs ou d'échos d'outre-tombe pour créer une telle ambiance, qui surgit davantage du contraste appuyé que provoque l'irruption d'une anomalie inexplicable dans un monde des plus sympathiques et transparents, dans des maisons dotées du confort moderne peuplés de gens qui se servent d'internet, dans des endroits qui semblent faits pour des vacances de rêve. Dans ce roman, l'anomalie est d'abord un accident peu banal. Peter, compositeur de musique pour le cinéma en panne d'inspiration, a trouvé dans une maison isolée en bord de mer, dans un village qui ne l'est pas moins, sur la côte du comté de Donegal, le refuge idéal pour se remettre d'un divorce malheureux, un bout de plage où les habitations sont très éloignées les unes des autres. Au village de Clenhburran, il a trouvé aussi des amis et un environnement chaleureux. Mais tout change lorsqu'il est frappé par la foudre en rentrant d'une soirée bien arrosée. Le musicien s'en tire apparemment sans dommage. Pourtant, il commence bientôt à souffrir de violents maux de tête, et à subir des rêveries bizarres et des visions macabres qui ont l'air bien réelles, où lui-même et ses proches sont enlevés ou assassinés. Ces visions sont accompagnées d’événements qui lui font douter de son propre jugement. Du somnambulisme aux prémonitions, en passant par la maladie mentale, l'inquiétante étrangeté se développe ici, en effleurant le genre fantastique, grâce à la pluralité des hypothèses, où le narrateur va nous conduire, tour à tour, par les routes de l'irrationnel ou par celles de la folie et du crime. Et, avec cela, tout le monde devient suspect et toutes les situations équivoques : les touristes, les habitants et les résidents de passage, les médecins, les amis si raffinés qui mènent une existence des plus lisses, les fêtes villageoises... Tout le monde peut mentir ou cacher bien des secrets et on sent bien que la vie dans cette si charmante plage irlandaise risque à tout moment de basculer dans le cauchemar. Peut-être, précisément, en raison de cette ambiance si spéciale faite de solitude, de tempêtes en mer et d'orages électriques, qui peut être aussi belle qu'angoissante. La dernière nuit à Tremore Beach restitue un certain Unheimlich avec bonheur. Un topos bien employé pour entretenir le suspense et les nuits blanches


La dernière nuit à Tremore Beach, de Mikel Santiago, traduit de l'espagnol par Delphine Valentin. Actes Sud / Actes Noirs, 2016

Image : http://www.actes-sud.fr/catalogue/romans-policiers/la-
derniere-nuit-tremore-beach



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Devant une fenêtre

Mystérieux tableaux
1 Devant une fenêtre

   Comme une représentation simultanée de la vie extérieure et intérieure, de l'activité et du repos, de l'ouverture et de l'introspection, les figures féminines devant des fenêtres sont des motifs classiques de la peinture depuis l'époque où celle-ci met en scène la vie quotidienne de manière réaliste, dans des maisons qui ne sont ni des palais ni des églises, dans des cafés et des ateliers. Si le sujet de la fenêtre apparaît à la Renaissance, il se multiplie chez les peintres hollandais du XVIIe siècle. Chez Vermeer, la liseuse montre un profil délicat, surtout intéressée par sa lettre. Du monde qui se trouve dehors, presque rien ne transparaît, seulement la lumière qui se reflète sur les carreaux de verre. Les œuvres de Pieter de Hooch et de Pieter Janssens Elinga comptent également des exemples de figures féminines vues de dos, à contre-jour, mais le regard est ailleurs : dans l'accomplissement de tâches ménagères ou de …