Accéder au contenu principal

J.M.W. Turner – Les Carnets secrets

à propos de J.M.W. Turner – Les Carnets secrets, d'Alain Jaubert

   Cela commence par une énigme presque insoluble, une histoire pleine de silences et de zones obscures ayant façonné une légende tenace autour des nombreuses œuvres sur papier, entreposées aux sous-sols de la National Gallery, quelques années après la mort de J.M.W. Turner, et dont l'inventaire fut confié à John Ruskin, exécuteur testamentaire et grand admirateur du peintre. En tant que critique d'art influent, qui avait déjà publié à l'époque les deux premiers volumes des Peintres Modernes et Les Pierres de Venise, et en tant que connaisseur éclairé de l'art de Turner, Ruskin était le mieux placé pour travailler sur cet immense legs. Mais la tâche allait révéler des complications inattendues. À commencer par sa démesure, car il était rare qu'un musée ou institution se retrouvât soudainement en possession d'une telle collection léguée par un artiste à son pays : des cantines métalliques contenant des dizaines de milliers d'esquisses, études d'après des peintures célèbres, gouaches ou aquarelles, plus de 20 000 œuvres disposées en carnets de divers formats ou en feuilles volantes. Un vrai trésor, mais un trésor fragile, car le travail de classement fut également confronté au besoin de sauvegarder les œuvres des divers maux et dangers qui accablent normalement le papier : humidité et moisissures, rongeurs, poussière, feuilles collées ensemble ou déchirées... Ruskin accomplit ce travail avec passion pendant plus d'un an, jusqu'au jour où certains dessins l'effrayèrent. Ils ne semblaient pas correspondre à ce que le public connaissait des thèmes et du style de l'artiste, mais étaient pour la plupart des scènes érotiques dévoilant quelque peu certains aspects de la vie privée de Turner, et qui ne manquèrent pas de heurter la sensibilité de Ruskin. Que se passa-t-il ensuite ? Concernant la suite des événements, il ne reste que des témoignages de deuxième ou troisième main. L'écrivain Frank Harris mentionnait dans ses mémoires, à deux reprises, des conversations avec Ruskin, où celui-ci avouait, voire se vantait, d'avoir détruit une partie des dessins compris dans le legs Turner, en raison de leur obscénité, de leur caractère impudique. Cette destruction, rapportée bien des années après le recensement, aussi choquante qu'elle puisse sembler, et aussi contradictoire avec l'extraordinaire travail réalisé pour sauver l'ensemble du legs, n'était pourtant pas sans rappeler certains aspects de la vie de John Ruskin. L'écrivain, collectionneur et critique avait une vision idéaliste de l'art et des artistes, et sa pruderie était bien connue. Le récit de la destruction de quelques-uns des dessins de Turner lui est restée longtemps associé. Sauf que ce bûcher d’œuvres pornographiques n'a jamais eu lieu (1). Le fait est que de nombreuses images érotiques contenues dans les carnets ont bien été conservées et classées par Ruskin, même si toute exposition publique en était exclue à l'époque, et que, probablement, les exécuteurs testamentaires avaient des bonnes raisons de prétendre que des œuvres considérées licencieuses avaient été supprimées, notamment à cause du Obscene Publications Act, de 1857, loi qui interdisait l'exposition et la vente d'images et de littérature de ce genre, et qui représentait un danger réel pour éditeurs et galeristes.


   L'énigme amorcée dans cet ouvrage, se perdant dans la légende, sert cependant à introduire de nombreuses autres questions que ces carnets « secrets » laissent paraître, et qui sont bien plus concrètes et intéressantes pour la compréhension de l’œuvre de Turner. Des questions sur les nombreux voyages accomplis par l'artiste en Angleterre et en Europe entre 1791 et 1850, à une époque où la connaissance de l'art italien était indispensable pour un peintre ; sur ses thèmes de prédilection, sur son interprétation de la peinture classique, sur son travail concernant l'anatomie. L'érotisme s'inscrit ici dans un parcours d'appréhension des formes et des gestes, qui ne tient pas seulement compte d'expériences privées éventuelles, mais qui part de la peinture académique, de la place de la nudité dans les scènes mythologiques et de son inclusion dans des tableaux de la vie quotidienne. Les exemples proposés dans cet ouvrage donnent un aperçu des différentes époques chez Turner et permettent d'établir un lien de style entre les études et les œuvres les plus connues. Dans la représentation de la sexualité, il y a aussi celle de la lumière, avec des clairs-obscurs et des pénombres, et celle du mouvement ; dans les figures, il y a rarement des visages : ce sont des contours à peine esquissés qui rappellent les personnages des aquarelles de Petworth ; ils ont une présence et une mobilité, mais ils sont en quelque sorte intégrés dans l'atmosphère de la pièce, comme le sont également les personnages ou autres éléments présents dans ses paysages. Ces études, graffitis et aquarelles offrent une dimension singulière de l’œuvre de Turner, que l'on retrouve aussi chez d'autres artistes, anciens ou modernes. Des scènes nocturnes anticipant l'impressionnisme, des vues anatomiques improbables ou des rideaux d'un autre siècle.

Inma Abbet


J.M.W. Turner – Les Carnets secrets, d'Alain Jaubert, Cohen & Cohen, 2016



Source : http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-a
-curtained-bed-with-a-naked
-woman-reclining-possibly-with-a-companion-d28850

Source : http://www.tate.org.uk/art/artworks/
turner-erotic-figure-studies-a-nymph-and-satyr-d40020

Source : http://www.tate.org.uk/art/artworks/
turner-music-in-the-white-library-d22699


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Devant une fenêtre

Mystérieux tableaux
1 Devant une fenêtre

   Comme une représentation simultanée de la vie extérieure et intérieure, de l'activité et du repos, de l'ouverture et de l'introspection, les figures féminines devant des fenêtres sont des motifs classiques de la peinture depuis l'époque où celle-ci met en scène la vie quotidienne de manière réaliste, dans des maisons qui ne sont ni des palais ni des églises, dans des cafés et des ateliers. Si le sujet de la fenêtre apparaît à la Renaissance, il se multiplie chez les peintres hollandais du XVIIe siècle. Chez Vermeer, la liseuse montre un profil délicat, surtout intéressée par sa lettre. Du monde qui se trouve dehors, presque rien ne transparaît, seulement la lumière qui se reflète sur les carreaux de verre. Les œuvres de Pieter de Hooch et de Pieter Janssens Elinga comptent également des exemples de figures féminines vues de dos, à contre-jour, mais le regard est ailleurs : dans l'accomplissement de tâches ménagères ou de …