Accéder au contenu principal

Con vista sul lago

Pour continuer les fils des réflexions et envies lacustres de ces derniers temps, dans l'ordre : lac de Côme, lac de Garde, lagune vénitienne.








A la demande de R****, j'ajoute une petite photo masquée


Ajout du 15 mars: Là, ce ne sont pas des scènes lacustres et ce n'est pas en Italie, mais le contraste entre les différentes formes de bleu me plaît.




Commentaires

  1. Excellente idée Inma.
    Enchanteresses ces photos. Ce balcon avec vue sur le lac est un rêve.
    Venise... Ne jamais y aller seule!!! Je me souviens de ce film léger, pas un chef d'oeuvre mais tellement charmant avec Katherine Hepburn : Vacances à Venise, une femme seule, elle se veut joyeuse, libre, mais il y a tellement de mélancolie dans sa solitude... un film délicieux, romantique.
    La photo où le bleu intense du ciel et du lac (? on dirait la mer)se confondent est superbe.

    RépondreSupprimer
  2. Le balcon est à Desenzano del Garda. Ah, le jour où j'ai compris que le bonheur et le calme étaient à quelques heures en train! Plus que de la mélancolie, ces voyages m'apportent du temps pour écrire, pour lire, du soleil, ce sont des jardins ouverts, et non secrets, pour moi, mais que je partage de temps en temps avec celui qui partage ma vie.
    J'ai vu le film il y a longtemps... Je me souviens d'une scène où elle tombe dans le canal :-)

    RépondreSupprimer
  3. Oui, j'ai découvert ici et là sur la Toile que vous écriviez quelques rubriques littéraires intéressantes.
    Restez enthousiaste, voyagez, partagez vos coups de coeur et foin de la mélancolie!

    RépondreSupprimer
  4. Ah, Mesdames ! comme il est bon de vous savoir heureuses. Ces paysages d'une douceur infinie, sans doute. Un proverbe chinois dit que le bonheur se trouve au bord d'un lac entouré de montagnes.

    RépondreSupprimer
  5. Un peu cruel de nous montrer ces belles images quand il n'y a pas de vacances prévues dans un avenir proche...
    Amicalement.
    PJR

    RépondreSupprimer
  6. La cruauté ne fait-elle pas partie du charme féminin? S'il n'y avait pas danger, la partie serait moins tonique.

    RépondreSupprimer
  7. Le "cruel" de PJR n'a rien de "méchant" tandis que la "cruauté" l'est. Rien de pire dans une relation que cette cruauté, qu'elle vienne de l'homme ou de la femme.
    Mais il faudrait savoir exactement ce que vous entendez, par cruauté en tant que "charme", cher P.A.R. (=_=)
    Il est vrai que le "danger" est aussi un bon moteur pour éviter l'endormissement (0_0)

    N.B.- On me propose : "frileuse" en mot de passe:)

    RépondreSupprimer
  8. Très jolie clef de sol entre vos yeux!
    Mais qui donc est ce R****? (=_=)

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas tant la cruauté que l'inattendu qui est recherché, et le sentiment de danger, même infime, qui va avec. D'après certains hommes, la femme idéale serait celle qu'on voudrait tour à tour étreindre et tenir à distance. Les furies délicates et autres tigresses auraient ainsi toujours la cote.

    Qui est R****? Mystère...

    RépondreSupprimer
  10. Les lionnes africaines et les tigresses asiatiques? je suis couvert de cicatrices de la tête aux pieds, mais quelle magnifique découverte du monde!

    Pour rester dans le romantisme transalpin, le titre du présent billet me rappelle un chanson de Bobby Solo de 1964: "Una lacrima sul viso".

    R**** est à Cagliostro, ce que Woody Allen est à Marco Polo.

    RépondreSupprimer
  11. "Les furies délicates"! Bel oxymore et qui exprime assez justement la femme et ses paradoxes.

    RépondreSupprimer
  12. Il est plus facile de définir ce qu'est un paradoxe que de définir ce qu'est une femme:

    1) Un paradoxe, d'après l'étymologie (du grec paradoxos, « παράδοξος »: « contraire à l'opinion commune », de para : « contre », et doxa : « opinion »), désigne une idée ou une proposition à première vue surprenante ou choquante, c'est-à-dire allant contre le sens commun. En ce sens, le paradoxe désigne également une figure de style consistant à formuler, au sein d'un discours, une expression, généralement antithétique, qui va à l'encontre du sens commun.

    2) Une femme est une personne adulte de sexe féminin de l'espèce humaine (Homo sapiens), appelée fille avant la puberté.

    Source: Wikipedia

    RépondreSupprimer
  13. Je complète :
    "Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon".

    Source : Wikipédia.

    "L'homme se caractérise dans la faune actuelle par sa station verticale permanente. C'est un primate de grande taille (170cm en moyenne). Les femelles sont plus petites que les mâles. Les membres postérieurs sont plus longs que les antérieurs, et il n'y a pas de queue(0_0)La face, la mandibule, les bourrelets sus-orbitaires et les oreilles sont réduits, tandis que la calotte crânienne est de grande taille. Les mains sont plus carrées que chez les autres primates. Le pied perd l'opposabilité du gros orteil. La pilosité est faible mais reste dense sur la tête, sous les bras et le pubis. Les mâles portent une pilosité faciale, la barbe. La couleur de la peau va du rose clair au noir profond, en passant par toutes les teintes de brun."

    Source : Lecointre et Le Guyader, in Classification phylogénétique du vivant.

    RépondreSupprimer
  14. Merci Ambre, vous montrez l'importance des différences apparentes. C'est tout un monde de détails anodins qui crée les cristallisations.
    Cela n'a rien à voir, mais je trouve que les blogs la nuit ont un petit côté radiophonique. Nul ne sait qui est en train de lire ces commentaires, qui sont lancés à qui veuille les attraper au vol.

    RépondreSupprimer
  15. C'est cette incertitude qui permet le mieux de soigner son revers sur les commentaires lancés au vol.

    Au portrait de ces créatures terrestres démasquée par Ambre, il manque la précision que ce sont les seuls primates a avoir un pouce parfaitement opposable: ce qui leur a permis de créer une civilisation dont ils ont toutes les raisons de se plaindre.

    RépondreSupprimer
  16. Je n'avais pas vu vos photos rajoutées du 15 mars.
    La "fenêtre sur mer" dans les pierres est très belle. Elle me fait penser à cette "fenêtre/hublot" sur le port d'Essaouira a été immortalisée par Orson Welles pour le tournage d'Othello (L'amant de Mogador). Tous les touristes qui visitent les remparts d'Essaouira ont le droit à cet épisode:)
    http://www.daralbahar.com/images/essaouira3.jpg

    Oui Inma, la nuit, commenter sur un blog, c'est un peu "une bouteille à la mer que l'on jette"...

    RépondreSupprimer
  17. Une chose curieuse, avec les bouteilles à la mer, c'est que beaucoup en jettent, mais rares sont ceux qui en trouvent. Pourquoi? J'aventure trois possibilités :

    -La bouteille se brise, car une bouteille à la mer est toujours en verre, sur une surface dure quelconque (carapace de tortue, rocher, paquebot).

    -La bouchon en liège, mal assuré, cède et la bouteille se remplit d'eau,libérant le message qui va rejoindre les profondeurs, toute encre diluée. La bouteille finit, vide, sur une plage, comme un déchet anonyme de lendemain de fête.

    -Ceux qui trouvent les bouteilles à la mer ne le racontent jamais. Ils préfèrent garder leur découverte pour eux et eux seuls. Ils en font peut-être des collections de bouteilles à la mer intactes, qu'ils ne montrent qu'à d'autres collectionneurs de bouteilles à la mer qui sourient d'un air entendu.

    Si vous avez d'autres possibilités...

    RépondreSupprimer
  18. Il y a aussi ceux qui ont bu le contenu de la bouteille et qui, ensuite, ne se souvenaient plus avoir eu l'intention d'y déposer un message.

    RépondreSupprimer
  19. Cette dernière possibilité m'a fait hurler de rire ! Arrivée tardivement sur la plage, je récupère cette bouteille bien balancée ;-) et rejoins ainsi le cercle des collectionneurs...

    RépondreSupprimer
  20. Il y a aussi ceux, plus sélectifs, qui ne confient leurs messages qu'à des bouteilles de premiers grands crus classés (qu'ils les aient bues ou non).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…