Accéder au contenu principal

Terrains vagues



À propos de : Orages ordinaires, de William Boyd

Au départ, une scène de crime, une victime qui en savait probablement trop et un parfait suspect bien entendu innocent qui prend la fuite parce qu’il se trouvait au mauvais endroit et au mauvais moment. À l’arrivée, un mode d’emploi des villes tentaculaires, où la question de la place de chacun, de ce que chacun fait pour conquérir ou pour garder son espace vital est abordée avec beaucoup d’ironie et de finesse. Dans ce roman de William Boyd, tout commence avec un personnage faussement candide, un climatologue anglais ayant fait carrière aux États-Unis, qui revient à Londres pour un entretien d’embauche. Adam Kindred possède tout, mais une rencontre apparemment anodine va lui faire tout perdre, lorsqu’il devient accidentellement témoin du meurtre de l’homme dont il venait de faire connaissance. S’ensuit une fuite qui l’emmènera dans les marges de la société -mais on apprendra plus tard que ce n’est pas la première fois qu’Adam Kindred choisit de disparaître devant un problème apparemment insoluble- où il devra côtoyer une faune urbaine aussi discrète que dangereuse dès lors qu’on s’attaque à son territoire, sans oublier le tueur à gages qui suit ses traces. Installé sur les rives de la Tamise, Kindred fait l’expérience de la perte de l’identité, de la pauvreté et de la faim, avant de tenter de résoudre par lui-même l’énigme du meurtre dont on l’accuse. Et il pense trouver la solution dans l’entreprise pharmaceutique où travaillait l’homme assassiné, entreprise qui est sur le point de lancer un nouveau médicament.

Je ne peux m’empêcher de penser à Balzac en lisant les aventures de ce monsieur tout le monde transformé en Rastignac des souterrains après avoir dû chasser et manger une mouette pour survivre. Bien qu’il n’agisse que depuis les bas-fonds de Londres, où il a trouvé refuge, Kindred réussit à déclencher des processus aux conséquences inattendues pour son adversaire, l’entreprise pharmaceutique, en jouant sur l’effet papillon. Et on retrouve là le thème très balzacien de la fragilité des positions sociales, des fortunes qui peuvent s’écrouler du jour au lendemain, et aussi de la perméabilité entre le haut et le bas de la société, qui a lieu à l’aide de l’anonymat inhérent aux habitants de la grande ville, à l’aide d’identités réinventées selon le besoin d’adaptation à un milieu hostile. Or, cette adaptation est au cœur du récit : Londres est ainsi ponctuée de zones grises, peuplée de gens qui semblent avoir fait un voyage dans le temps, car ils parviennent à vivre en dehors de tout recensement, de toute surveillance en évitant d’utiliser des cartes de crédit, des téléphones portables ou des cartes d’identité. Et c’est seulement en tant qu’invisibles qu’ils trouvent leur place dans la ville.    

William Boyd, Orages ordinaires, traduit de l'anglais par Christiane Besse, Seuil 2010

Commentaires

  1. Je vais essayer de faire passer mon commentaire cette fois-ci :
    William Boyd est un des auteurs qui a le mieux transcrit les joies de l'expatriation, dans "Un Anglais sous les Tropiques", milieu qu'il connaît bien vu son passé au Ghana. Ce livre a donc eu beaucoup de succès chez tous les Européens catapultés après les indépendances dans un continent pour le moins bizarre. "Brazzaville-plage" aborde le mandarinat universitaire et ses relations avec les théories scientifiques. Inutile de dire que cela m'a beaucoup plu...
    Enfin, "Comme neige au soleil" aborde la question de la 1ère Guerre mondiale au Tanganyka entre colons anglais et allemands. Si vous avez aimé l'ambiance de "Out of Africa" (j'en ai les larmes aux yeux rien que de l'écrire...), vous aimerez aussi ce livre. Je me réjouis donc de lire "Orages ordinaires".
    PS pour PAR. L'auberge de Frience a brûlé cette nuit. C'était autrefois un chalet d'alpage où ma mère m'envoyait tout petit gosse acheter des tommes de chèvre. Puis cela a été transformé en auberge, tenue par le compère de Rodolphe Giacomini, le guide Claude Gollut qui tenait l'auberge de Solalex avant. On y côtoyait régulièrement les people d'il y a 30 ans qui venaient à Villars...

    RépondreSupprimer
  2. C'est un roman qui m'a passionnée tant du point de vue de l'intrigue, ou plutôt des multiples intrigues, que de celui de l'observation minutieuse de la société.
    Un narrateur toujours fort talentueux Mr Boyd.
    À la sortie du livre on l'a comparé à Dickens, oui c'est vrai; et ton rapprochement avec Balzac est judicieux.
    Moi, j'ai pensé à plusieurs reprises à C. José Cela décrivant la société madrilène, les vies parallèles et cachées durant la guerre civile. Dans "La colmena" ou "San Camilo 1936". Pour beaucoup il valait mieux être/rester invisibles...

    Bon week-end Inma.

    PS: Je n'ai pas lu "Comme neige au soleil", vous m'avez fort tentée, merci Géo.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, et merci pour vos messages. En dehors des précités, j'ai lu, du même auteur "L'après-midi bleu", un récit qui se passe aux Etats-Unis et aux Philippines et qu'ose vous conseiller également.

    RépondreSupprimer
  4. Tout d'abord, il ne faut pas confondre Fruence et Frience: les deux existent et l'étymologiste du dimanche jette un oeil curieux sur le site "Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs" pour approcher cérébralement l'endroit dont on cause dans le poste, celui-là donc vous dira que l'origine du toponyme reste énigmatique ("noms d´origine préromane dérivés avec le suffixe -entia d´une base indéterminée"), ce qui ne l'empêche pas (l'étymologiste) de se souvenir parfaitement de cette bâtisse située sur un épaulement de terrain, en bas à droite du cadre de la fenêtre de la cabine grimpant en direction des Chaux, tout en secouant vachement à chaque pylône, alors qu'aucun chalet superfétatoire ne polluait alors ce coin-là sous le nom générique d'"Alpe des Chaux".
    Je crains que le message ne soit un tantinet obscur, mais l'important ne reste-t-il pas avant tout du côté du medium ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…