Accéder au contenu principal

Les Lunes de Mir Ali

À propos de Les Lunes de Mir Ali, de Fatima Bhutto


La ville de Mir Ali est unique. Au fil des années, elle est devenue un vrai trou noir spatio-temporel. À la frontière de l’Afghanistan, Mir Ali vit dans une ambiance d'éternelle guerre civile. Dans le combat ancestral contre l’État pakistanais, une volonté d’indépendance et de révolte est transmise de père en fils ou, également, de père en fille. Un héritage maudit que seule la modernité, symbolisée par internet et les voyages à l’étranger, semble lentement mettre en cause. Les attaques et répressions successives -étudiants assassinés, disparitions- ont créé un désespoir permanent, alimenté le cycle de la violence et de la vengeance, et plongé la ville dans la pauvreté et l’intégrisme religieux.

Lorsque les suites de la guerre afghane s’ajoutent à ce conflit, la situation devient insoutenable pour les jeunes gens de la ville, qui se retrouvent à choisir entre la loyauté envers leur clan et l’abandon des luttes de leurs parents, afin de construire une vie à eux, une histoire qui leur appartienne. Chacune des options pose différentes questions morales, et les cinq personnages principaux vont faire l’expérience, pendant la journée où leur avenir sera joué, des conséquences de ces choix.

Trois frères quittent la maison qu’ils partagent avec leur mère, le matin du premier jour de l’Aïd. L’atmosphère est pesante. L’aîné, Aman Erum, vient de rentrer des États-Unis, où il poursuit des études. Il a tout fait pour quitter Mir Ali, y compris trahir ses anciens amis et sa fiancée, afin de conserver son statut d’étudiant. Amal Erum rêve d’affaires florissantes et de liberté, loin de la décrépitude, de la pression sociale et de la quasi-obligation de suivre les chemins tracés par les ancêtres, même s’ils s’avèrent absurdes ou dangereux. Mais on ne se débarrasse pas facilement de ses origines : s’il obtient ce qu’il souhaite, ce sera au prix de l’éclatement se sa famille.

Même s’il cultive la neutralité et ne se mêle pas de politique, les choses ne sont pas plus simples pour Sikandar, le frère cadet devenu médecin, dont la femme Mina a pris pour habitude d’assister à des funérailles de gens qu’elle ne connaît pas, ce qui met tout le monde mal à l’aise, mais lui procure un certain apaisement. Sa folie individuelle - et assez inoffensive- est le seul moyen de s’évader de celle, collective, qui sévit à Mir Ali, où les bombes ciblent des bus scolaires ou des hôpitaux. Il faudra pourtant attendre une situation apparemment sans issue pour que l’étrange comportement de Mina prenne un sens nouveau, et que Sikandar reconnaisse le courage qui se cache sous son excentricité.

Le plus jeune frère, Hayat, est le plus proche des traditions familiales, et donc de la rébellion contre l’État et l’armée. En cette matinée, il rejoint Samarra, activiste comme lui et ancienne fiancée d’Amal Erum, qui l’avait délaissée afin de poursuivre ses rêves américains. Malgré leurs convictions, Hayat et Samarra ne sont pas à l’abri du doute quant à la valeur et l’avenir de leur combat.

Les personnages des Lunes de Mir Ali représentent une réalité piégée qui empêche ou limite les décisions personnelles. Ce piège est mis en scène à travers le réalisme des descriptions, soulignées par des détails culinaires, vestimentaires, par des expressions locales en pachtoune, ainsi que de nombreux flashbacks, où il est question de l’importance des liens familiaux, des expériences de jeunesse qui déterminent le rôle de chacun, et, enfin, d’un passé trop présent. 


Les Lunes de Mir Ali, de Fatima Bhutto, traduit de l’anglais (Pakistan) par Sophie Bastide-Foltz, éd. Les Escales, 2014

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…