Accéder au contenu principal

Décolletés

à propos de Décolletés, de Françoise Cœur et Jacqueline Cros-Vilalte


Qu'il ait une forme triangulaire, arrondie ou carrée, qu'il soit ouvert ou fermé, le décolleté attire l'attention. Cette pièce d'habillement, ou plutôt cette absence d'habillement est le véritable centre du vêtement féminin, ce que l'on devine au soin que lui ont toujours apporté ceux qui créent la mode et celles qui la suivent, la transforment ou la détournent. Dans la peinture, notamment dans le portrait, le décolleté est le centre où convergent les regards, une note claire et satinée au milieu d'étoffes souvent lourdes et sombres. La peau est une texture distincte qui, selon les époques apparaît couverte de voiles translucides, ornée de rubans et de broderies, drapée dans du velours ou décorée de bijoux : colliers, pendentifs ou broches. Entre le Moyen Âge et le XXème siècle, l'histoire du décolleté nous apprend beaucoup sur le rôle de la poitrine féminine en tant que motif esthétique et dans l'histoire de l'art. Entre séduction et exposition de symboles et objets précieux, entre évocation de la maternité et mise en scène mythologique, le décolleté rallie de multiples interprétations. Dans cet ouvrage, centré sur l'histoire de la mode, les nombreuses variantes de cet élément vestimentaire sont minutieusement étudiées de manière chronologique, en partant de la sculpture et la peinture antiques (égyptienne ou gréco-romaine) et jusqu'à l'époque actuelle. Chaque chapitre inclut des évocations de ces modes anciennes, par les stylistes les plus renommés des dernières décennies (surtout des années 1990), ce qui permet de donner une certaine continuité à l'ensemble.

Nous apprenons que, depuis l'Antiquité, le buste inspire les créations vestimentaires les plus originales et les plus sophistiquées. Drapé ou corseté, le décolleté est d'abord une affaire de forme. Il s'agit de cacher, de montrer ou de suggérer les seins, à l'aide d'artifices qui leur donnent une allure rigide ou souple. Les images de l'Égypte antique montrent des tournures en «v» aussi bien que des bustes où le principal élément décoratif se trouve au niveau de la gorge, sous l'aspect de colliers dorés et incrustés de pierres, des résilles et des perles, laissant les seins nus. Le corps sert de support à l’œuvre d'art. Cette caractéristique se retrouve également dans l'iconographie grecque et romaine. Les corps deviennent moins stylisés, plus réalistes, davantage couverts aussi. Le drapé fait son apparition et transforme la silhouette la rendant moins géométrique et plus fluide avec de nombreux plis, mais aussi à l'aide de parures comme des fibules et des ceintures. Le sein disparaît, comprimé sous des bandes. Au Moyen Âge, surtout à partir du XIVème siècle, la robe telle qu'on la connaît actuellement, serrée à la taille et pourvue de longues manches, fait son apparition, et avec la robe, c'est le décolleté carré «à la française» qui devient fréquent et que l'on peut voir dans de nombreux tableaux. Les modes étant, dans ces siècles, et aussi pendant les siècles suivants, essentiellement une affaire de cour, lancées par des reines ou des favorites, les styles et la signification du décolleté changent. La somptuosité des tissus et des ornements au XVIème et XVIIème siècles donnera à la silhouette la forme d'une pyramide. Si le costume masculin, sous l'influence espagnole, s'assombrit et devient austère, les robes des femmes se chargent de plus en plus de motifs brillants, de brocart et de pierreries. S'habiller devient de plus en plus contraignant. Cette préférence pour le somptueux et le rutilant va continuer tout au long du XVIIIe siècle et jusqu'à la Révolution. Au milieu de tous ces tissus précieux, la signification de l'ovale ou du carré de peau nue reste énigmatique. La notion de pudeur étant assez variable selon les époques, le décolleté n'est nullement l'apanage des courtisanes. La fréquence de ce motif dans la peinture n'indique pas son usage dans la vie quotidienne, mais plutôt dans des contextes somptuaires et exceptionnels (bals, cérémonies). La seule constante, à travers les âges semble être l'importance du cadre, des contours et de la façon dont la poitrine est exposée. Entourée de tulle et de mousseline au tournant du XIXème siècle, laissant les épaules nues vingt ans plus tard, les modèles de base (triangle, carré, ovale) connaissent des variations, et se démodent pour revenir quelques années plus tard, mais ce qui demeure est la volonté d'adapter le corps au vêtement, au moyen de structures comme le corset, et plus tard le soutien-gorge qui en est une déclinaison afin de lui donner l'allure svelte et figée d'une statue et de de mettre ainsi en valeur.

Marie de Bourgogne, attribué au Maître de la Légende de Marie Madeleine
Madame de Sévigné, par Lefèbvre
Madame de Staël, par François Gérard



Portrait de Madame X, par John Singer Sargent






Décolletés, de Françoise Cœur et Jacqueline Cros-Vilalte, Editions de la Martinière, 2003.

Commentaires

  1. Un de mes décolletés préféré, celui-ci :
    http://art.mygalerie.com/lesmaitres/evigee_lebrun/autport_1800_l.jpg

    Je l'aime autant pour son décolleté que pour la grâce de l'artiste-peintre. Cet autoportrait est inspiré par Le chapeau de paille de Rubens :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chapeau_de_paille

    RépondreSupprimer
  2. Celui du portrait de la fille de Mme de Sévigné est tout aussi intéressant, avec un voile assez léger qui couvre la poitrine. Elisabeth Vigée-Lebrun a traversé des modes très différentes. De portraitiste de Marie-Antoinette au style d'inspiration antique qui était à la mode au début du XIXe siècle. Il me semble qu'il existe un autre autoportrait, accompagnée de sa fille, où elle apparaît habillée dans ce style. Ce qui m'intéressait dans le sujet était le rôle central de ce vide, de cette mise à nu, entourée de décorations de toute sorte, comme si la peau faisait aussi partie de l'habillement. C'est assez amusant de voir des décolletés qui seraient osés même aujourd'hui, sur des robes qui cachaient le reste du corps, mais aussi qui lui donnaient une forme. C'est également le rôle du corset, dont la lingerie actuelle ne cesse d'être un avatar.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli
   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.
   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre d…