Accéder au contenu principal

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

Un tableau : Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli

   Conservé au musée napolitain de Capodimonte, le portrait du mathématicien Luca Pacioli (1445-1514), peint vers 1500 et attribuée à Jacopo de' Barbari est à plus d'un titre étonnant. Rares sont les données sûres sur ses origines, son auteur ou la date probable d'exécution. Seule la signature, inscrite dans le décor sous la forme d'un petit papier plié, le « cartiglio », où se pose une mouche, mentionne « Jaco.Bar. Vigen 1495 ». Nul ne sait si cette inscription fait allusion à l'auteur ou au commanditaire (Ludovic Sforza, en ce temps-là duc de Bari). La toile apparaît pour la première fois en 1631, dans un inventaire des collections du palais ducal d' Urbino, sans autre information concernant son acquisition. Ensuite, quelques données sur sa destination ultérieure, d'Urbino à Naples en passant par Florence, au gré des héritages.

   Le savant, vêtu de l'habit franciscain, se tient au centre du tableau dans un intérieur au fond sombre, où la lumière semble venir des deux côtés. Aucune fenêtre n'est visible, mais des reflets balaient la pièce. Une table au premier plan recouverte d'un tapis vert supporte des objets caractérisant le travail de Pacioli : des livres, une ardoise où une circonférence a été dessinée, une équerre, un compas, un polyèdre, autant de signes d'expérimentation et d'étude de la géométrie... L'abondance d'objets épaissit le mystère concernant la signification du tableau. À côté du mathématicien se trouve un jeune homme, vêtu d'un manteau doublé de fourrure et portant de longs cheveux bouclés, dont l'identité est inconnue : s'agit-il de Guidobaldo da Montefeltro, dans son rôle d'amateur de mathématiques et de mécène auquel la Summa de Arithmetica, publiée quelques années plutôt a été dédiée ? Cela semble assez improbable, compte tenu de l'absence de ressemblance entre ce portrait et celui peint par Raphaël, représentant le duc d'Urbino. Peut-être Albrecht Dürer, que le peintre a rencontré à Venise ? Ou peut-être Galeazzo Sanseverino, également une figure emblématique de la Renaissance, et dédicataire, avec Ludovico il Moro, du traité De Divina Proportione. Aussi, les traits du jeune homme représenté dans le portrait de Pacioli ressemblent à ceux du Musicien de Léonard de Vinci. Mais le plus curieux, et le plus léonardesque aussi, est l'objet suspendu au premier plan, une figure géométrique aux parois transparentes, en verre ou en cristal, un rhombicuboctaèdre, un solide d'Archimède possédant huit faces triangulaires et dix-huit faces carrées, à moitié rempli d'eau qui accroche la lumière. La présence de cette forme rappelle un autre traité majeur de Pacioli, De Divina Proportione, dont la composition date des années 1496-98 à Milan -publié pour la première fois en 1509 à Venise- et dont les illustrations de polyèdres similaires à ceux que l'on voit sur le portrait sont l’œuvre de Léonard. De Divina Proportione est un ouvrage en trois parties consacré à la proportion mathématique, qui analyse le sujet du nombre d'or et ses applications, étudie les livres d'architecture de Vitruve et traduit le traité de géométrie de Piero della Francesca. Comme pour la Summa, il y a une volonté de relier, de rassembler, de montrer et de démontrer les connaissances anciennes et récentes, entre admiration et pédagogie, que l'on peut certainement retrouver dans le tableau. Il y a une volonté de lier l'abstraction des sciences à la présence humaine. Sans oublier l'importance du langage. Si le dessin est indissociable de l'écriture, les lettres ont toute leur place dans la peinture, rendant le tableau réellement lisible, bien que des clés d'interprétation nous manquent. Ainsi, chaque instrument est un signe : le livre ouvert où Pacioli pose la main gauche est l'incunable Elementa in artem geometriae et Campani commentationes, tandis que la droite, munie d'une baguette, montre graphiquement sur le tableau la proposition euclidienne commentée. C'est un tableau à lire autant qu'à regarder.


Jacopo de' Barbari, Portrait de Luca Pacioli (1500?) Pinacoteca di Capodimonte




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Devant une fenêtre

Mystérieux tableaux
1 Devant une fenêtre

   Comme une représentation simultanée de la vie extérieure et intérieure, de l'activité et du repos, de l'ouverture et de l'introspection, les figures féminines devant des fenêtres sont des motifs classiques de la peinture depuis l'époque où celle-ci met en scène la vie quotidienne de manière réaliste, dans des maisons qui ne sont ni des palais ni des églises, dans des cafés et des ateliers. Si le sujet de la fenêtre apparaît à la Renaissance, il se multiplie chez les peintres hollandais du XVIIe siècle. Chez Vermeer, la liseuse montre un profil délicat, surtout intéressée par sa lettre. Du monde qui se trouve dehors, presque rien ne transparaît, seulement la lumière qui se reflète sur les carreaux de verre. Les œuvres de Pieter de Hooch et de Pieter Janssens Elinga comptent également des exemples de figures féminines vues de dos, à contre-jour, mais le regard est ailleurs : dans l'accomplissement de tâches ménagères ou de …